Bartoli et son père/entraineur

Quand est-ce que l’on va arrêter de nous parler de Marion Bartoli et de la Fed Cup ? Quand est-ce que la France va arrêter de se ridiculiser en essayant de faire désespérément revenir Bartoli ? Mais surtout quand est-ce que la française va avoir un minimum d’intelligence et d’amour du maillot ?

 

A cette dernière question on peut sans trop prendre risque s’avancer sur jamais. Sur les deux autres il faudra demander aux médias et à Cornet, Mladenovic et Garcia si elles comptent franchir un palier pour se mêler aux meilleures pour en devenir une elles-mêmes.

Revenons à notre mouton corse, Bartoli. En sport il y a trois types de joueurs qu’on aime à détester. Le premier type dont on pourrait prendre Ginola comme exemple type c’est celui qui est jeté sur la place publique en étant présenté comme le responsable de tous les maux (sur ce coup là vous êtes petit Monsieur Houiller). Le deuxième type c’est celui qu’on veut détester. Exemple Nadal, il est incontestablement un très grand joueur de l’histoire du tennis mais quand on compare son jeu de défense permanente et un peu bourru à la classe et la pureté de Federer on se dit qu’il est plus noble pour la beauté du sport de porter le second aux nues. Ou Henry sur qui on s’est acharné suite à sa main contre l’Irlande, en faisant fi de son passé plutôt exemplaire, pour suivre ce fameux opinion publique. La dernière catégorie est la pire car c’est celle des têtes à claques. Au football on a eu Ben Arfa, Nasri (pour lui c’est encore au présent par contre) ou encore Evra. En tennis il y a Bartoli.

Quel désaccord entre la fédération française de tennis et la Corse peut-il y avoir pour que cette dernière refuse de venir en jouer en équipe de France ? Elle refuse de venir jouer tant que son père et entraineur ne pourra participer aux séances avec le reste de l’équipe. Enfin surtout pour entrainer sa fille.

Donc celle qui clame pourtant depuis toujours son amour pour le maillot de l’équipe de France, joue les divas parce que son petit papounet ne peut pas l’entrainer pendant un week-end de match. Remarquez ce n’est que l’équipe de France rien de bien important pour une fille qui n’a jamais eu cette amour du maillot.

Elle ose encore venir pleurer dans les médias, en prétextant que ces derniers cherchent toujours la polémique. Polémique créé par elle rappelons-le !

Toute cette histoire pose une question fondamentale celle de l’équipe de France (le problème s’appliquant évidemment aux équipes de n’importe quel pays). Peut-on refuser une sélection ? Enfin la question devrait être comment est-ce possible qu’on puisse encore actuellement refuser une sélection ? Je me demande bien pourquoi Mauresmo négocie avec elle ! C’est le monde à l’envers.

Il faudrait bien se rendre compte que si Bartoli parcoure les terrains partout dans le monde, en gagnant des sommes qui lui permettront de vivre plus que confortablement pour le reste de sa vie, c’est parce qu’elle a une licence de la Fédération Française de Tennis.

Pourquoi ne pas radier Bartoli de la Fédération au motif qu’elle refuse de jouer pour cette dernière ? Ah oui il ne faudrait pas oublier qu’il ne faut pas non plus trop froisser la seule joueuse de tennis françaises capable d’un résultat en ce moment…