Sur la lancée de son titre olympique à Londres, Andy Murray s’est adjugé pour la première fois de sa carrière un titre du grand chelem en battant en finale de l’US Open Djokovic.

 

Il l’a fait enfin après être entré dans le fameux Big 4 il était le seul des quatre à ne pas avoir gagné de grand chelem. Pire alors qu’il est dans les trois premiers mondiaux régulièrement (parfois 4ème), Del Potro devient le seul joueur après Marat Safin en janvier 2005 a gagné un grand chelem hors Big 3 (Djokovic, Federer et Nadal). Murray lui n’en compte toujours pas un à son palmarès et ce malgré 6 demi-finales et 4 finales de grand chelem. Il trainait au final une réputation de « looser » dans les grands rendez-vous un peu comme Cadel Evans pendant un temps.

Seulement Murray a choisi de changer sa façon de faire en prenant Ivan Lendl comme coach après s’être séparé en 2008 d’Alex Corretja. Et cela a eu un impact positif sur lui, il est devenu plus fort surtout sur le plan mental. Et le déclic est définitivement intervenu à Wimbledon où malgré sa défaite en finale il sent qu’il est plus proche que jamais de remporter enfin des titres majeurs.

La confirmation ne tardera pas à venir, retour sur les terrains de Wimbledon pour les Jeux Olympiques où il récolte deux médailles une d’argent et une d’or. En double mixte avec Laura Rosbon il atteint la finale et remporte une médaille d’argent. En finale du simple il prend sa revanche sur Federer en le battant en trois sets secs et devenir champion olympique de tennis. Première étape d’une nouvelle ère Murray qui s’ouvre.

Par la suite les tournois qui suivront dont Toronto ne seront pas franchement une réussite avec notamment un abandon lors de ce tournoi. Mais Murray savait où il allait et n’a pas flanché, n’a pas douté. Tout comme lors de la finale de l’US Open.

Car quel match nous ont offerts le Britannique et le Serbe hier soir ! Presque 5 heures de jeu pour une finale branché sur courant alternatif. Le début du match fait la part belle au vent que Murray réussira à mieux dompter que Djokovic pour remporter les deux premiers sets (dont le premier au tie break alors qu’il perdait 5-3 dans le jeu décisif). Vient ensuite le réveil de « Nole » qui va s’adjuger les deux sets suivant. A partir du troisième set le vent s’étant quelque peu calmé le match atteint alors un niveau autrement plus impressionnant.

Le fait est qu’à 2 sets partout et après avoir perdu deux sets d’affilées l’ancien Murray aurait fort probablement craqué. Le nouveau non ! Il va prendre son mal en patience et gagné ce match de façon remarquable en changeant de tactique et en imposant un faux rythme au Serbe, chose qui est totalement contraire à son style de jeu et ce dernier n’ayant pas la forme physique suffisante pour renverser la tendance va se faire dominer dans le dernier set pour le perdre 6-2 et permettre à Andy de soulager l’Angleterre d’un poids avec pour la première depuis plus de 60 ans un représentant britannique qui remporte un tournoi du grand chelem.

Voilà le nouveau Murray qui est donc né et qui va rendre encore plus palpitante la saison prochaine de tennis et compliqué encore plus le retour prochain de Rafael Nadalqui va devoir cravacher très dur pour revenir et rester parmi l’élite mondial.