Mais qu’est-ce que l’obscurantisme ?

N’avez-vous jamais affublé quelqu’un de l’expression « ce n’est pas une lumière » ? Pour dire, en plusieurs mots que cette personne n’est pas très maligne. Voir demeurée.

Le terme d’obscurantisme est à la fois employe pour une période de notre histoire … que pour un comportement. Tout le monde à plus ou moins entendu parlé du Moyen-Âge, sans qu’il s’agisse de château et de princesse, mais de droit de cuissage et de toutes les formes possibles d’esclavage humain et de religions barbares … Sans compter cette période de l’inquisition, pendant laquelle n’importe qui se retrouvait brûlé après avoir été torturé pour obtenir des aveux de sorcellerie … sachant bien entendu qu’il s’agissait en général de faire taire quelqu’un. Ainsi, si vous êtiez témoins d’un meurtre ou d’un viol, commis par un puissant, vous aviez toutes les chances soit de vous en faire accuser, soit de vous faire condamner pour sorcellerie … puis vous disparaissiez.

Villages pillés, viols, meurtre,s et on en oublie beaucoup au passage, ces époques ont cela de commun qu’une chose était dangereuse : la connaissance. Seuls quelques puissants en possédaient, quand il ne s’agissait pas simplement de superstitions, comme dans le domaine de ce que certain appelaient « médecine ». Car la connaissance pouvait rendre puissant le commun des mortels … et remettre en question le monde des barbares qui se prétendaient désignés par un dieu, élus, et qui se permettaient à ce titre toutes les exactions souhaitées.

Bref, ces époques relèvent de l’obscurantisme.

Qui y-a-t-il de possible qu’une nouvelle époque de cette sorte puisse à nouveau être vécue, par nous les humains, à l’âge de l’Internet, du sms et de la télé par satellite ?

Effectivement, il est peu probable que les mêmes conditions soient réunies. Mais.

Si notre regard se porte aujourd’hui sur des pays comme la Chine, parfois avec la critique que le droit humain n’y est pas respecté, que par ignorance le plus souvent un peuple accepte de se faire malmené, que ce soit cette région du monde ou une autre, au regard de notre qualité d’information et de connaissances, de notre confort intellectuel qui aujourd’hui, même avec méfiance, nous permet d’avoir un avis plus ou moins éclairés, ces systèmes relèvent de l’obscurantisme.

Voués à disparaître, pensez-vous ?

C’est ce qu’on aurait pu croire. Grâce à Internet, aux télécommunications, aux satellites, et bien souvent aux familles expatriées, l’information à commencé à circuler. Pour certains se fut la fin du parti unique et tout puissant, avec son lot d’auto critiques matinales. Pour d’autres l’ouverture à l’économie de marché, avec toutes ses dérives, ou encore l’abandon de nombreuses croyances. Bref, les peuples commencèrent à ouvrir les yeux, et fin de la guerre froide oblige, la propagande commença à se faire contrer par les idées de tout à chacun. Oui, si aujourd’hui vous désirez émettre une hypothèse, suggérer une nouvelle manière de procéder ou remettre en question une affirmation … un petit coup d’Internet et toute la planète est au courant.

Or, croyez ce que vous voulez, cet Internet commence à en déranger beaucoup.

S’il est vrai qu’il peut être un bouillon propice au développement d’une certaine criminalité, ou de moeurs plus que répréhensibles (pédophilie etc…), il n’en est pas la cause. Ceux qui s’échangeaient des messages codés, des clés usb, ou vendaient leurs informations sur le toi d’un parking, se sont simplement mis à se servir d’Internet.

Facilité la criminalité peut-il lui être reproché ? C’est ce que certains prétendent. Ainsi, grâce à Internet, il est plus facile de mettre en place un réseau pédophile. Oui, un clic de souris. Mais il n’y a pas plus de consommateurs que de producteurs qu’avant. Bref, les moyens étaient différents, plus compliqués certainement, mais n’ont jamais empêchés pour autant ces phénomènes d’exister. Plus compliqué, mais quantité égale. D’autant plus qu’il est plus facile aujourd’hui de remonter un réseau sur la toile pour le démanteler, que de suivre pendant des années des protagonistes dans la nature ….

Ouh là, et le rapport avec notre obscurantisme dans tout ça ?

Sous prétexte de criminalité, de droits d’auteurs violés, les pays dit « occidentaux » copient de plus en plus les pratiques de pays dit « en développement ». Pas de quoi se réjouir, le but est de museler l’Internet. Et contrairement à ce qui est prétendu, il n’est pas question de le débarrasser de ses parasites, mais bien de le faire taire ou de le contrôler au maximum. Comme dans certains pays aujourd’hui.

Théorie du complot ? Peut-être.

Alors que de plus en plus d’information est contrôlée illicitement sur la toile, au moyens de lois votées et pourtant contraires à celles déjà existantes, de plus en plus d’information deviennent contraire à ce nouveau droit. Comment ? En créant des textes de lois tellement larges qu’ils permettent tous les abus.

Un exemple : si vous téléchargez un contenu interdit, vous serez punis. C’est juste une image simplette, d’accord ? Donc, dire du mal de son gouvernement est interdit sans preuve à l’appuis. Donc donner son avis sur son gouvernement, sans apporter des preuves, le mettre sur Internet est interdit. Vous serez punis pour avoir critiqué les autorités. Et celui qui cherchera à lire cet avis sera également hors la loi … Ah oui, y’a un os.

Ce n’est pas le seul moyen. Cet article est inspiré d’une loi votée récemment en Allemagne, la loi appelée « Google » … sans qu’il n’y ai de doute sur les raisons de cette dénomination. Ainsi, cette loi est destinée à protéger la presse. Tiens ? Serait-elle en danger ? Oui, les initiants prétendent que les informations disponibles gratuitement sur Internet portent préjudice à la presse, qui elle se vend.

Ah oui, la connaissance et l’information gratuite (car par presse il s’agit d’édition et donc de livres également) ne permettent pas à certains de s’enrichir. C’est navrant.

La loi « google » à donc pour but de taxer ce contenu … directement sur les agrégateurs de contenus, à savoir les Google et autres moteurs de recherche. La manne ainsi récoltée reviendrait (on se demande par quelle magie et sur la base de quels critères de répartitions) aux entrepreneurs ainsi lésés par la gratuité de ce qu’il proposent. Soyons francs, Wikipédia emmerde le vendeur de d’encyclopédie. Désolé pour le terme, mais voilà qui est définitivement clair pour tout le monde.

Et bien entendu, la France, à la pointe du musellement de toute information ou culture gratuite, s’y intéresse de très près.

Les autres suivront.

Le résultat est ailleurs. En dehors de l’ateinte grave à la liberté de l’information, sous toutes ses formes, une loi de ce genre va donc contraindre certaines publication gratuite, qu’elle soit personnelle ou organisationnelle, à disparaître, fautes de moyens pour faire face à ces redevances. Ceux qui auront les moyens (on ne va pas pleurer sur les finances de Google) se restreindront … histoire de restés rentables, et, qui plus est, deviendront les seuls représentants de la connaissance, de l’information. Un joli monopole … une dictature ….

Demain, vous apprendrez au journal télévisé (officiel et d’Etat) que le Honduras à gravement attaqué la France, et que de ce fais il est préférable à l’avenir de ne plus acheter de banane en provenance de ce pays, et de se contenter de celles importées par XY. Et oui, vous serez obligés d’y croire. Car, mondialisation oblige, XY faisant partie du groupe ABCD, qui lui même est le seul à pouvoir financer la presse soit-disant gratuite et détient déjà la presse payante … dira ce qu’il voudra.

Et si l’on décide de vous faire croire qu’une nouvelle maladie martienne va vous contaminer si vous réfléchissez, ce sera pareil. Oh pas tout de suite, bien sûre ….

Bonjour l’obscurantisme. Un jour nous brûleront notre voisin, convaincu qu’il a le mauvais oeil, parce qu’il aura lu un livre d’histoire.

Extrapolation, d’accord. Danger ? Evident !

Vous n’allez écouter que la musique légale proposée par les grands groupes qui feront ce qu’ils voudront, le reste sera soit du piratage, soit ignoré.

Vous n’allez lire qu’une seule information, celles des puissances commerciales.

Vous n’allez apprendre qu’une seule science, qu’une seule histoire, celle qui arrangera les tenants des droits, des finances, des agrégateurs, etc…

Ah, et n’oublions pas que nous ne serons même pas choqués alors, dans 2 ou 3 générations, de lire que le travail rend libre, écrit juste au dessus de l’entrée de l’usine … ça vous rappel quelque chose ???

Alors, ce jour là, bonjour l’obscurantisme … Oui, finalement il ne fallait pas grand chose pour y retourner.