Bang bang ! Rien ne va plus !

Non, il ne s’agit pas d’assassiner Facebook. Mais entre vous et lui, c’est le divorce. Rien ne va plus, et après une longue réflexion, vous avez décidé que votre compte ne devait plus exister.

Pour certains, il s’agit de faire table-rase du passé. Dans ce cas, attention, les informations relayées par le web (des sites comme Google par exemple) risquent d’y être présentes encore longtemps. Il vous faudra alors, si c’est dans ce but que vous vous séparez de votre compte, contacter un à un ces sites sur lesquels votre nom continuera d’être associé à une situation, une image, une conversation. Quitter Facebook, ne servirait pas à grand chose dans ce cas de figure.

Mais, quelque soit votre raison, si vous décidez de quitter le géant bleu, il n’y a pas cette option dans vos paramètres ;-)

Alors voici, le plus simplement du monde, l’adresse permettant de divorcer de Facebook : http://www.facebook.com/help/contact.php?show_form=delete_account

Attention: il n’est pas possible de faire marche arrière ! Après les vérifications d’usage, hop, il n’y aura plus de messages à attendre … jamais !

Si vous hésitez encore, demandez-vous quelles sont vos motivations.

Manque de confidentialité ? Un compte bien géré est quasi anonyme. Reste que les paramètres de sécurité ne sont pas évident à comprendre, et surtout l’entreprise à pris la fâcheuse habitude de les modifier en notre absence.

Néanmoins, il serait judicieux de conserver votre compte, même (et surtout, dans votre cas) vide. N’accepter aucun amis, virer les existants, mais conserver un compte. Pourquoi ? Parce que si un petit malin venait à créer un compte à votre nom, celui-ci étant libre, il pourrait à nouveau faire parler de vous … sans vous demander votre avis !

Certains comptes sont désert. Pas de photo, pas d’information personnelle, pas d’ami, pas d’application, pas de j’aime … et alors ? Dans ce cas, il n’y a plus de fuite possible. Car en réalité, le problème de la confidentialité des données n’est pas inhérent à Facebook, mais bien aux utilisateurs, qui oublient trop souvent qu’internet reste une place publique. Un compte abandonné, mais vide, ne mange pas de pain. Même si les paramètres de sécurité changent. Il suffit qu’une adresse email valide et consultée régulièrement y soit indiquer, histoire d’être immédiatement averti en cas de mouvement insolite.

Vous tenez le couteau dans la main, à vous de décider ce que vous en ferez. Ne serait-ce qu’enregistrer cette adresse dans vos favoris vous enlèvera déjà l’impression d’impuissance face à la machine bleue.

 

Crédits illustration de couverture : Photo By: DCapTO / http://twitpic.com