Après cet été sportif, voici venu à nouveau le temps des affaires de dopage… Tous les ans, c’est la même chose, le Tour de France s’annonce « propre », quelques arrestations ont lieu avant le départ dans des équipes de second plan et on a l’impression qu’enfin le monde du vélo a fait la peau à ses vieux démons. Alors certes, on apprend de temps en temps qu’un Contador s’est fait pincer et que du coup c’est le deuxième de l’époque qui gagne un maillot jaune dans son canapé plusieurs années après avoir joué les Poulidor.

Même Armstrong!

Mais cet été, c’est carrément l’un des maitres du tour de France, Lance Armstrong qui se voit privé de ses titres depuis 1998 dont 7 titres du Tour de France ! Même si tout le monde pensait que remporter 7 titres d’affilée était un peu louche, personne n’imaginait que le roi Armstrong se ferait attraper, surtout si longtemps après.
Maintenant, on peut se dire que comme Armstrong n’est plus « protégé », peut-être qu’un Usain Bolt et ses surprenants records seront peut-être remis en cause un jour. A ce propos, on pourra également sourire des commentaires de Carl Lewis sur son alter ego jamaïcain du 21ème siècle quant à l’utilisation de produits illicites… On croit rêver quand on sait que les soupçons de dopage étaient forts à l’époque. S’il n’a jamais été condamné, on peut aisément penser que si les contrôles étaient aussi stricts qu’aujourd’hui, il ne serait peut-être pas passé entre les gouttes.

Le dopage est-il mort avec la chute de Lance Amstrong ?

Non, certainement pas. Les dopeurs/dopés ont toujours une longueur d’avance sur les contrôles antidopages selon le même principe que celui qui régit les armes d’attaques et les systèmes de protection : on a inventé l’arme à feu, puis le blindage léger, puis la balle perforante, puis le blindage renforcé, puis la balle perforant les blindages renforcés…. Et ainsi de suite, celui qui attaque à toujours l’avantage, et le dopage est une attaque. On aura beau mettre en place des contrôles continus, des passeports médicaux, faire des contrôles surprises, ceux qui inventent les méthodes de dopage ont déjà plusieurs longueurs d’avance.
On peut toujours se dire certains sports sont sans doute préservés, mais c’est probablement faux. Il y aura toujours un sportif qui sera tenté de franchir la ligne rouge pour remporter une compétition. Même le sport paralympique est touché par le problème. Les médias ont récemment parlé de sportifs (en fauteuil) qui se mutilaient pour accroitre la pression artérielle. Qui aurait pu croire que des hommes et femmes au corps déjà meurtri puisse se faire du mal pour gagner une course ?


Alors il faudra sans doute se faire à l’idée que le sport propre n’existera jamais. On regardera donc les exploits des uns et des autres avec plus de retenue… ou on fera semblant que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Peut-être pourrait-on imaginer des sanctions plus lourdes : radiation à vie, remboursement de tous les gains directs et indirects, amendes très élevées… couplée à une prévention intense dans toutes les fédérations ? Toutes ces actions sont déjà en partie mises en place par les agences anti-dopage mais il restera toujours quelques sportifs qui trouveront une faille dans le système et en profiteront.

Le dopage a encore de beaux jours devant lui !

Crédit photo: Marc Charbonnier
Source: http://www.tdg.ch/sports/actu/Ces-athletes-qui-se-brisent-un-orteil-pour-aller-plus-vite/story/30973425