En cette période post-JO, tout le monde connait Usain Bolt ou Michael Phelps… mais qui connait Ueli Steck et Dani Arnold?

Ce sont pourtant 2 illustres alpinistes très connus dans le milieu et qui se sont affrontés notamment, à quelques années d’intervalle, sur la face nord de l’Eiger, un sommet des Alpes Bernoises en Suisse.

L’Eiger culmine à 3970m et il est surtout connu pour sa face Nord (la plus grand face des Alpes). Extrêmement technique, quasi verticale voire en dévers, cette paroi est réservée aux alpinistes chevronnés.Cette face, d’un dénivelé de 1650m environ a été ouverte en 1938 par la cordée allemande de Anderl Heckmair et Ludwig Vörg et la cordée autrichienne de Heinrich Harrer et Fritz Kasparek. On imagine l’exploit à l’époque, compte tenu de l’équipement (chaussures cloutées, matériel d’escalade sommaire…)

D’ailleurs avant eux, d’autres tentatives ont été réalisées et se sont soldées par des abandons… ou des morts. Quand à la 1ère ascension en solitaire, on la doit au Suisse Michel Darbellay, les 2 et 3 août 1963. Et en 1992, la française Catherine Destivelle est la première femme à réussir l’escalade de la face Nord en solitaire (Elle réussira également l’ascension en solitaire des faces nords de Grandes Jorasses et du Cervin).

Depuis 1938, de nombreuses ascensions ont été réalisées en variant parfois le parcours. Plusieurs alpinistes y ont perdu la vie. Ce qui n’a pas empêché une poignée d’alpiniste d’utiliser cette face nord de l’Eiger comme terrain de jeu. Le but? Gravir la face nord en solo et arriver le plus vite possible au sommet!

En 1983 Thomas Bubendorfer puis Reinhard Patscheider mettent moins de 5 heures pour atteindre le sommet. En 2003 c’est Christoph Hainz qui bat le record en 4h30. Nouvel exploit en 2007, Ueli Steck, un alpiniste suisse, réalise l’ascension en 3 h 54 minutes et améliore encore son temps en février 2008 en 2 h 47 minutes.

Moins de 3 heures pour grimper 1650m de dénivelé sur une face quasi verticale composée de rocher, glace et neige, cela parait tout bonnement surhumain quand on sait qu’un randonneur ordinaire marche à 350m de dénivelé par heure sur un sentier.

Mais l’Eiger n’est pas encore vaincu pour de bon: le 20 avril 2011, Dani Arnold améliore encore ce record de vitesse. A 27 ans, le Suisse réalise l’ascension en 2 heures et 28 minutes en suivant la voie classique Heckmair!

C’est largement aussi bien que les 9″63 d’Usain Bolt sur 100m au JO de Londres,non?

Si vous n’êtes pas convaincu, je vous invite à regarder les 2 vidéos d’Ueli Steck et Dani Arnold!

Source: Wikipedia