Mais qu’est-ce que c’est encore que ce titre étrange ?
Et puis d’abord, c’est qui Taz ?
Bon, si vous ne savez pas qui est Taz, je ne peux rien faire pour vous.
Mais tout le monde connaît Taz, du moins visuellement …

Taz, c’est ce héros des Looney Tunes qui passe son temps à dévorer tout ce qui lui passe sous la main … enfin sous la main … sous la gueule plus exactement …
Taz, c’est ce boulimique qui ne grossit jamais et ce même s’il mange un frigo entier, féraille et prise électrique comprise… ça fait rêver, hein mesdames !
La preuve en image :

Taz, c’est ce personnage qui représente dans la réalité un diable de Tasmanie.
A ne pas confondre avec le démon de Transsylvanie, autrement dit Dracula, qui n’a en commun avec Taz que des canines relativement tranchantes et un fort penchant pour la viande rouge, voire même sanguinolante.
Non, le diable de Tasmanie est un grand marsupial carnivore vivant exclusivement sur l’île de Tasmanie (légèrement au Sud de l’Australie).
En voici un petit exemplaire :

Je vous l’accorde, on est bien loin de Taz mais après tout les dessinateurs ont le droit de prendre certaines libertés avec la réalité.

Alors pourquoi donc faut-il sauver Taz ?
Si c’est un vrai personnage de cartoon, il ne craint pas la mort, il est éternel sauf évidemment si on le plonge dans un bain de trempette, référence que seuls les fans de Rogert Rabbit comprendront … (Je fooonnnds … Je fooooonnnds …)

Malheureusement, son homologue de chair, d’os et de poil sur son île n’a pas la chance de sa caricature animée.
En effet, depuis plus de 15 ans, une étrange maladie incurable frappe l’espèce entière au point d’en avoir réduit la population de plus de 91% selon l’écologiste, Tim Faulkner.
A ce rythme là, dans quelques années, le diable de Tasmanie aura donc entièrement disparu.
Une race qui s’éteint, ce n’est jamais agréable, et visiblement pour une fois, l’Homme n’y est pour rien, enfin, ce n’est pas sûr non plus !

Des scientifiques et les autorités australiennes tentent de faire leur maximum pour mettre à l’abri des mâles et des femelles sains afin qu’ils puissent se reproduire en captivité.
Ils ont d’ailleurs baptisé ce lieu : « L’Arche du Diable », en référence évidemment à « L’Arche de Noé ».
Avouez que, mélanger un épisode saint de la bible avec le mot diable c’est assez original !

Toujours est-il que le Diable de Tasmanie est en train de s’éteindre à petit feu.
Taz risque de devenir bientôt orphelin du reste de ses congénères et ça c’est bien malheureux.

Alors en hommage à tous ces petits animaux, presque sans défense, je vous demande, à vous les lecteurs de PTI de partager au maximum cet article avec vos amis et de mettre en photo de profil de vos réseaux sociaux une photo de Taz.
(Je vous autorise à prendre celles présentes ci dessus)
Merci pour eux, et merci pour Taz !

Source Image Taz :http://www.lemagjeuxvideo.com/tag/galactic-taz-ball/
Source Image diable : http://www.globe-nature.fr/article-le-diable-de-tasmanie-animal-emblematique-mais-fragilise-par-la-maladie-72810783.html
Source Image Taz frigo : http://www.teslogos.com/figurine_taz_frigo_demons_et_merveilles.html