Tchoukball ! Si vous connaissez déjà, cet article ne va pas vous apprendre grand chose. Mais si vous faites partie de la majorité des personnes qui n’en ont jamais même entendu parler, vous êtes loin d’être un cas unique !

Le Tchoukball est un sport de balle, ou de ballon, peut importe. Généralement pratiqué en intérieur, il existe néanmoins une version plage, le Beach Touckball, qui se joue dans le sable.

Mais qu’est-ce exactement ? Même si beaucoup d’éléments font penser à d’autres sports beaucoup plus connus (volleyball, handball, etc…), celui-ci est très différent par un point essentiel : on ne peut gagner une partie que par habileté. De plus, le respect de l’adversaire y est un des points essentiels.

Rien d’étonnant à cela. Développé dans les années 70 par un médecin suisse, le Dr. Hermann Brandt, celui-ci s’occupait justement de sportifs, atteints dans leur corps par la pratique de leur jeu. Autant dire qu’il en connaissait un rayon en matière de blessures sportives, et surtout, des causes de celles-ci. Il a donc pris le temps d’analyser les éléments qui mènent à l’accident : agressivité, tentative d’évitement, empêchement, et bien d’autres facteurs qui font prendre des risques aux pratiquants.

Sur la base de ces études il s’est mis en tête d’inventer un sport, dans lequel il ne serait justement pas question d’une attitude négative quelconque vis-à-vis de l’adversaire, en la rendant tout simplement inutile et pénalisée. Plus simple que de jouer la carte du respect et du fairplay. Ainsi par exemple, empêcher un adversaire de « marquer » ne sert à rien, et mène directement au banc de touche (ou presque).

En dépit de cet esprit de jeu, la compétition demeure néanmoins présente. Les compétences, l’esprit d’équipe, l’habileté, la condition physique, rien des éléments clés d’une belle compétition n’est perdu.

En quelques mots, et pour vous laisser entrevoir de quoi il s’agit, voici une description simpliste des règles de jeu :

Il faut

  • un cadre (un trampoline incliné), ce qui fait office de but
  • une balle (sensiblement identique à celle du volleyball)
  • et … une équipe (bon un sifflet et un terrain de jeux aident aussi au bon déroulement d’une partie)

Équipement très simple, investissement minimum. L’équipe se compose de 7 joueurs, mais peut-être réduite à 5 dans certains cas. Le principe  est de lancer la balle sur le trampoline et de faire rebondir celle-ci de manière à ce que l’équipe adverse n’arrive pas à l’intercepter au retours. Voilà pourquoi il est inutile de chercher à en empêcher le lancer en direction du « cadre » (le but). Si au retours la balle est reprise par l’adversaire, il n’y a pas de point de marqué. Si en revanche elle touche le sol avant d’avoir pu être interceptée, le point est marqué.

Joueuse junior s'apprétant à marquer

Bien évidemment, comme pour tout sport, il y a de nombreux autres points à respecter. Dans ce cas, la balle ne doit pas être gardée plus de 3 secondes en main, ne pas faire l’objet de plus de trois passes, un joueur en possession de la balle ne peut pas faire plus de trois pas avec celle-ci, et ainsi de suite.

Au retours de la balle, il n'y a pas intérêt à ce quelle touche le sol. Plus la balle est lancé fort dans le cadre, plus elle est difficile à intercepter. Des paramètres d'angle etc. entrent alors en jeu et font partie de la stratégie.

Résultat : il est plus important d’être précis, dynamique, et réfléchit que puissant ou agressif.

Même si ses origines sont suisses, le Tchoukball se retrouve dans plusieurs pays à travers le monde, dont la France. Des compétitions et rencontres internationales ont lieu comme pour n’importe quel autre sport.

Message déposé sur le site de la Fédération française de Tchoukball

Pour en savoir plus :

Fédération suisse de Tchoukball : http://www.tchoukball.ch/

Fédération française de Tchoukball : http://tchoukball-france.org/

Fédération internationale de Tchoukball : http://www.tchoukball.org

Vous y trouverez toutes les explications et règles à connaître pour vraiment découvrir ce sport.