Hier soir dans le match que toute la première League attendait pour savoir si le championnat serait plié ou pas. Le suspens reste donc entier et donne même l’avantage aux blues de City qu’on avait enterré de la course au titre il y a peu puisque après la 32ème journée City comptait sur son voisin 7 points de retard. La victoire des Citizens 1-0 relance donc la course au titre et revenant à égalité de points avec United les dépassants à la différence de buts.

Les observateurs voyaient alors le championnat plié au vu de la maitrise habituelle de Manchester United a gagné des titres et surtout gérer la pression. Seulement voila cette saison n’est pas la saison des Red Devils ! Éliminé dès les phases de poule de la Ligue des Champions, comme City, mais avec de plus grosses conséquences au vu des attentes différentes des deux clubs dans la compétition. Les deux coups nationales se sont arrêtés assez tôt pour eux tandis que City a quand même était jusqu’en demi-finales de la coupe de la Ligue Anglaise.

On pourrait presque dire que l’élève a dépassé le maitre même si ce n’est pas très approprié tant la trajectoire des deux clubs est opposée. Manchester United insiste sur la solidité de son jeu mais la hargne de tous instants et ne baissant jamais le bras tout en ayant une politique très conservatrice vis à vis des joueurs ce qui peut se vérifier vu le nombre de joueurs ayant passé toute ou une très grosse partie de leur carrière au club. City qui était un club moyen, vivant de sa gloire passée dans les années 68-70, a véritablement commencé à ambitionner des titres lorsqu’en 2008 l’homme d’affaires des Emirats Arabes Unis Khaldoon Al Mubarak a investi en masse sur le marché des transferts dépensant de 2008 à aujourd’hui plus de 400 millions d’euros

La progression de l’équipe continue donc après avoir gravi les échelons au fur et à mesure ils sont cette fois en mesure de jouer le titre avec toutes les cartes en main et de plus au nez et à la barbe de leur ennemi de toujours United. Cette victoire serait la première victoire « importante » à attribuer au football/dollar et à l’heure du fair-play financier cela relance le débat sur l’argent dans le foot mais nous en reparlerons plus tard dans un autre article.

Concentrons-nous plutôt sur le match en lui même. Alors autant le score est serrée autant au vu du match United peut se sentir humilié par la physionomie du match. Aucun tir cadré pour les Red Devils je ne sais pas si cela était déjà arrivé à Ferguson dans sa carrière ! Le coach Mancunien qui a été battu tactiquement par son homologue Italien (pendant le match il y a eu une très vive altercation entre les deux entraineurs) a une grosse part de responsabilité dans la défaite de son équipe. Mancini lui est resté « classique » dans sa composition alors que Ferguson lui a essayé de mettre de l’expérience au milieu de terrain pour prendre le contrôle du match en titularisant Giggs, Scholes et Park alors que Young, Valencia et Welbeck étaientt sur le banc. Mais Barry et Touré ont été énormes et ont étouffés tout le jeu de Manchester devant Nasri a été très bon et Tevez a posé beaucoup de problème à l’arrière garde de United par son activité incessante.

Les Blues auraient pu regretter leurs occasions manquées mais MU n’a jamais vraiment existé dans cette partie et City a complétement écrasé les Red Devils et peut espérer gagner le titre s’ils arrivent à bien négocier le dernier gros rendez-vous de la saison face à Newcastle.