Le collectif du numérique, collectif réunissant 21 associations et syndicats professionnels de l’industrie du numérique, a interrogé les 10 candidats à l’élection présidentielle française. Cette lettre ouverte (disponible en suivant ce lien : http://www.collectifdunumerique.fr) demande donc aux candidats leurs points de vues et les propositions sur les six thèmes suivants ;

  • la vision stratégique de la compétitivité du numérique pour la création d’emplois,
  • les aspects réglementaires et fiscaux,
  • l’engagement pour l’accompagnement de l’innovation numérique,
  • l’effort de formation au numérique,
  • la modernisation numérique de l’Etat et l’exemplarité des services publics.

 

C’est dans cette dernière semaine de course que les candidats sont sortis de leur mutisme sur ce sujet. 5 sur 10 se sont jetés à l’eau.

Le président sortant Nicolas Sarkozy, mise sur la «Start-Up France». Ce portail permettrait le partage d’expériences, entre jeunes entrepreneurs et des personnes ayant réussi dans le monde numérique. Dans sa longue réponse, (37 pages tout de même) Nicolas Sarkozy revient sur son mandat et mise aussi sur l’enseignement du numérique dans les universités.

Eva Joly préfère s’orienter vers un «Pacte pour les PME» qui permettrait de moduler l’impôt sur les sociétés ou encore de simplifier les démarches administrative, entre autres. Pour la représentante du parti écologique, il est aussi important que nous soyons formés au numérique dans les cursus scolaires.

François Hollande, lui n’hésite pas à discréditer les choix faits par le président sortant : «Hadopi a retardé le développement en ligne». (Pas faux…). François Hollande ne veut pas seulement que les élèves s’orientant vers le numérique deviennent des «consommateurs», mais qu’ils innovent. Pour le leader du PS, il prône le logiciel libre et dit «vouloir aller plus loin dans l’ouverture des données publiques».

Pour Nicolas Dupont-Aignan, il dit vouloir développer la fibre optique sur tout le territoire français, ainsi qu’utiliser au maximum les technologies P2P qui «sont les plus respectueuses de l’esprit des fondateurs d’Internet».  Les deux mesures phares du candidat sont «une dose de protectionnisme» & « un changement majeur de la fiscalité». En effet, il dit vouloir diviser par deux l’impôt sur les sociétés pour celles qui ré-investissent leur bénéfice dans le développement de leur activité en France.

Enfin François Bayrou souhaite mettre en place une «zone économique autonome dans le monde Internet» dans laquelle ce seraient les créateurs d’entreprises eux-même qui fixeraient les règles ! – Utopique. Il souhaite lui aussi que les formations du numérique soient plus complète, et il veut créer de nouvelles filières par exemple dans le e-commerce.

En conclusion, pas de grandes révolutions dans les propositions, car que ce soit l’un ou l’autre, le développement numérique c’est le futur, la fibre optique sera déployée, et les filières d’apprentissage évolueront ! Tous sont d’accord sur ce dernier point. Cependant c’est dommage qu’aucun ne s’attarde sur la politique d’Hadopi et le contenu des offres légales qui restent peu fournies.

 

 

Source Image : http://www.photo-libre.fr/