Nomophobe. Encore un nouveau mot venu de nulle part… Pas vraiment, en fait. La société, les habitudes et les mœurs évoluent, et il faut bien des néologismes pour décrire toutes ces évolutions. En voilà donc un, tout neuf, dans lequel beaucoup de monde se reconnaîtront, car la nomophobie touche surtout les personnes de la Génération Y.

 

C’est quoi, la nomophobie ?

Décryptons un peu ce terme étrange. Si vous connaissez un peu l’étymologie des mots, vous savez que « phobie » veut dire « peur ». Mais, peur de « nomo » n’a aucun sens ! Pour mieux comprendre ce mot, il faut se pencher du côté de l’anglais. « Nomo » est la contraction de « no mobile ». Traduction : « sans mobile ». Là, tout devient plus clair. La « nomophobie » (« no mobile phobia ») est tout simplement la peur d’être sans son portable.

 

Suis-je nomophobe ?

Tout dépend de l’usage que l’on a de son portable, et aussi de l’importance qu’on accorde à cet objet. Si vous pouvez passer toute une journée sans votre mobile (resté chez vous par exemple), et que vous ne ressentez aucun manque, aucune angoisse, vous n’êtes pas nomophobe. Si vous avez votre mobile, que vous ne le regardez pas toutes les deux secondes, mais qu’il reste quand même sur vous, vous n’êtes pas nomophobe, mais présentez quelques signes.

Par contre, si :
- vous oubliez votre portable chez vous et que vous rebroussez chemin pour aller le chercher ;
- vous ne rebroussez pas chemin parce qu’il est trop tard, mais que ça vous travaille toute la journée ;
- vous craignez de vous retrouver sans batterie ;
- vous flippez dès qu’il n’est pas à votre portée directe ;
- vous paniquez dès que vous ne le trouvez pas (alors qu’il est dans la petite poche de votre sac ou dans la poche arrière de votre jean)…
En gros, si le portable est une prolongation de vous-même, et que vous ne pouvez pas vivre sans, vous devriez vous inquiéter. Vous êtes nomophobe.

 

Comment en est-on arrivé là ?

Si l’on remonte à une petite quinzaine d’années (ou plus), les gens n’étaient pas accrochés à leur portable comme ils le sont maintenant. Le portable servait tout simplement à téléphoner, et à envoyer des messages. Point. Puis, peu à peu, il a servi à jouer, à prendre et envoyer des photos par MMS, à écouter de la musique, à filmer des vidéos, à surfer sur Internet… Sans compter que l’Internet a évolué lui aussi et qu’il s’est démocratisé.

Avec cette évolution, les gens sont devenus de plus en plus connectée. Tellement, qu’ils ne peuvent plus quitter leur écran, qui est devenu mobile et qui rentre dans une poche. Génération de l’instantanée, on veut être au courant de tout et ne rater aucune miette de ce qui se passe sur Internet. Sinon, on a l’impression d’être passé à côté de quelque chose. Mais la peur de rater des opportunités ne s’arrête pas à l’usage du net. Le portable permet d’être joignable à tout moment, et ne pas l’avoir sur soi pourrait faire perdre une opportunité de poste ou faire rater un rendez-vous, professionnel ou non. Après ces quelques lignes, autant dire que, dans notre société actuelle, tout le monde est plus ou moins nomophobe.

Pour finir sur une note d’humour, l’on pourrait dire que le portable est tellement devenu un objet multifonction indispensable que l’on arrive plus à raccrocher ;)

Sources images : http://www.journaldugeek.com, http://www.republicain-lorrain.fr, http://www.jam-mag.com