Elle est pour qui la banderole ?

 

Dans le football moderne,  à chaque fois qu’une grosse cylindrée affronte une équipe réputée plus petite, les mêmes références ressortent systématiquement dans les médias.
« Le petit poucet » de la compétition face à l’ogre
« David contre Goliath »
Cette dernière référence biblique a été ressorti à maintes reprises depuis que nous savions que le Real Madrid allait affronter en quart de finale de la Ligue des Champions, l’Apoel Nicosie.

Pourtant, si l’on s’en réfère à la bible et à moins que mes cours de cathéchisme soient totalement erronés, le petit David a terrassé le géant Goliath, d’un coup de fronde, si ma mémoire est exacte …
Or, très souvent dans ce genre de confrontation footballistique, c’est très souvent Goliath, alias, le gros club, qui met une fessée au petit David …
Souvenez-vous il y a 15 jours de Bâle qui prend 7 buts au Bayern Munich et le CSKA Moscou qui en prend autant, justement sur la pelouse du Real Madrid …
Alors bien sûr, un petit club peut toujours battre un club plus imposant que lui.
Demandez donc à Marseille et à Montpellier si on ne peut pas perdre contre des pensionnaires de Nationale en Coupe de France …
Maintenant, ici, il s’agit de la Ligue des Champions, la plus belle des compétitions de clubs, la piste aux étoiles …
Autant dire que les pronostiqueurs et les amateurs de football ne donnaient pas cher de la peau de l’Apoel Nicosie face à l’ogre madrilène et ce même si les chypriotes évoluaient devant leur public chauffé à blanc pour l’occasion.
Soyons pragmatiques !
Que peut faire un club dont le budget n’est même pas égal au salaire d’un seul joueur d’en face ?

Et pourtant …
Lorsque l’arbitre allemand siffle la mi-temps le score est nul est vierge.
Incroyable, David tient réellement tête à Goliath !
Pire, les madrilènes, un peu suffisants par moment, semblent bafouiller leur football d’habitude si léché …
Les joueurs de l’Apoel sont des fins bâtisseurs et ont mis en place une véritable muraille devant le but de leur gardien qui finalement n’a été que peu inquiété durant cette 1ère période …
David est en train de faire vaciller Goliath …
Seulement voilà, que se passe-t-il quand le mur se fait transpercer une première fois ?
De mémoire de maçon, on a jamais vu résister un mur une fois qu’il a été ébréché …
Les madrilènes auront quand même du attendre les 20 dernières minutes du match pour le faire s’écrouler …
Karim Benzema s’offre un doublé en marquant le 1er et le 3ème but, tandis que Kaka   est l’auteur du 2 à 0.
L’attaquant français devient le meilleur buteur français de l’histoire du Real Madrid, dépassant un « illustre » inconnu, un certain Zinedine Zidane …

Le score final de 3 à 0 pour le Real est presque flatteur pour les espagnols mais en même temps pouvait-il en être autrement ?
La morale de cette histoire c’est que, comme dans la bible, pour que David batte Goliath il faut un petit coup de pouce du destin, un miracle.
Alors un petit conseil amis bâtisseurs chypriotes, pour le match retour, au lieu de venir avec des parpaings et du ciment pour construire une forteresse devant votre but, prenez chacun une fronde …
On sait jamais … un miracle  …

Source Image :http://www.sport24.com/football/ligue-des-champions/actualites/le-real-aura-mis-le-temps-544549
Source Image :http://www.europe1.fr/Sport/Football/Articles/L-Apoel-Nicosie-a-t-il-de-Real-chances-1007547/