Illustration Plantu – LeMonde.fr

Les événements qui se sont passés à Toulouse sont terriblement dramatiques et ont mis en émoi toute une nation.

Cette affaire, encore toute chaude, a fait la une de presque tous les journaux du monde.

Je ne vais donc pas refaire l’histoire avec vous, mais essayer de regarder ces événements d’un œil un peu sarcastique…

Ne voyez pas en cette démarche une sorte de cynisme, mais après avoir eu peur, avoir pleuré et avoir stressé tout au long de ce siège de plus de 30 heures les yeux rivés à notre télévision, nous avons bien le droit de nous détendre un peu…enfin, je doute quand même sur le fait que je vais vous faire rire aux éclats, ce n’est de loin pas mon but, mais j’ai bien envie de mettre le doigt là où ça fait mal en soulignant quelques petites choses étonnantes, surprenantes, parfois mêmes aberrantes!

Une tragédie:

C’est le terme que l’on peut employer quand on regarde le bilan de ce qui est arrivé.

Comment ne pas avoir le cœur serré quand on sait que des enfants ont été tués dans cette folie meurtrière.

Pourtant, le mot tragédie est en premier lieu, selon le Larousse que je me permets de citer:

Pièce de théâtre dont le sujet est le plus souvent emprunté à un mythe ou à l’histoire, mettant en scène des personnages illustres et représentant une action destinée à provoquer la pitié ou la terreur, par le spectacle des passions humaines et des catastrophes qui en sont la fatale conséquence.

Durant ces quelques jours, c’est un peu ça que tout le monde a dû ressentir.

Je regardais ce qui se passait sur Twitter tout au long de ces événements, et j’avais presque l’impression que les gens regardaient ça en direct sur les chaines d’infos avec un paquet de pop-corn sur les genoux, en commentant la situation un peu comme on le ferait avec un bon film américain plein d’actions, de drames, de moments calmes et d’autres, plus intenses.

Pendant ces quelques heures, c’était l’événement à ne pas rater, et le dessin de Plantu qui illustre cet article exprime bien cette ambiance un peu particulière que l’on a vécu et que l’on va vivre encore un moment.

En effet, l’action est passée, mais le temps des réponses a sonné, et le public, friand des fins soignées veut savoir!

Qui est Mohamed Merah?

Je n’ai pas la prétention de connaitre la réponse, et je ne vais même pas essayer de le faire… Mais ce ne fut pas le cas de tous.

Dans un besoin (légitime?) de donner de l’info, nombre de grands groupes, tels que TF1, France2, BFMTV, iTélé..etc. ont fait appelle à des experts.

Ce qu’il y a de bien avec les experts, c’est qu’ils maitrisent parfaitement leur sujet!

On est donc passé en toute logique d’un tueur en série qui se prenait pour une sorte de Dieu tout puissant avec le droit de vie ou de mort, à jeune asocial solitaire aux idéologies bancales qui trouvait sa motivation dans son admiration pour Al-Quaïda et qui aurait agi seul.

Puis il y a quelques heures, on apprenait que:

Un groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué la tuerie de Toulouse

On peut rester incroyablement étonné de l’efficacité des experts!

Ils savent tout si bien, que la suite des événements n’est plus un mystère…enfin, sauf quand ils annoncent des choses qui n’arrivent jamais, ou qu’ils affirment que certaines autres n’arriveront pas et qu’elles finissent par se produire.

De fait, entre les experts et les « sources fiables » on a eu des infos très productives, comme l’annonce hier à 14h17 par BFMTV  (info reprise par toutes les chaines) que Mohamed Merah était en état d’arrestation après s’être rendu.

Comme quoi, l’info en direct, les experts et autres « sources » sont parfois à regarder avec beaucoup de recule.

On veut que l’info arrive vite, mais à force de vouloir aller trop vite on se prend les pieds dans le tapis.

Allez trop vite ce n’est pas se qu’on fait nos amis politicien, eux, ils ont déclaré en cœur et avec mille précautions qu’ils allaient faire une trêve, une pause dans la campagne, et ils ont bien expliqué qu’il serait totalement indécent de tirer profit de ce drame.

Le politique ment? Correcte!

Toute la classe politique qui arrête de se tirer dans les pattes par respect et dans une unité nationale de bon aloi, cela était si joli sur le papier, et ça n’aura pourtant duré que le temps de le dire.

Entre un Nicolas Sarkozy, trop content de reprendre son rôle de président sauveur du monde, qui pour dramatiser la situation et montrer à quel point la France à besoin d’un protecteur n’hésite pas à effrayer des gamins de 10 ans en leur disant: « il faut avoir peur, cela aurait pu être vous! » et un François Hollande qui fait des copier-coller des déplacements du président pour être certain d’être lui aussi sur le devant de la scène, on a droit à tous les coups bas possibles.

Tout le monde accusant tout le monde de vouloir récupérer cette affaire et jurant que c’est indigne même d’y penser.

Loin d’être une trêve, c’est une pure plaisanterie.

Ils ont tous envie de récupérer l’événement, d’en tirer profit, et ils pensent bien naïvement qu’en accusant les autres on ne verra pas ce qu’ils font.

On a au final l’impression de voir des gamins dans une cour de récré courir derrière le prof pour lui dire:

Monsieur, monsieur, ils sont méchants!

Le plus triste, c’est que le crime va forcément profiter à l’un ou à l’autre, mais qui sera assez habile pour tirer son épingle du jeu et ressortir avec les lauriers de cette sombre victoire?

Conclusion:

Une histoire bien triste qui a fait couler beaucoup d’encre et qui en fera encore beaucoup couler.

Une histoire tragique qui se passe pendant une campagne présidentielle.

Une histoire sordide dont le public voudra connaitre les réponses.

Une histoire dramatique dans laquelle, j’en ai peur, on oublie bien les sentiments de plusieurs familles brisées et en deuil…