Au début du mois, la sénatrice UMP Chantal Jouanno a rendu un rapport sur l’hypersexualisation des fillettes. Il pourrait aboutir sur des projets de lois. Elle en parlait dans un quotidien gratuit célèbre. Je me dis qu’il était enfin temps, parce que cette tendance se répand de plus en plus.

 

Que dit ce rapport ?

Dans ce rapport, elle parle de « la cause féminine qui est en train de régresser ». Elle parle de la mode, des dessins aminés ou des jouets qui tendent à stéréotyper la femme de plus en plus. Elle évoque aussi le danger que cela représente pour ces petites filles, autant physiquement que psychologiquement. Elle propose que soit faite une charte des enfants où elle interdirait, entre autres, les concours de beauté aux moins de 16 ans, mais aussi d’interdire les marques de prendre des égéries en dessous de cet âge. Enfin, elle préconise le retour à l’uniforme à l’école.

 

Petit topo de la situation actuelle

Vous avez sûrement vu des jeunes filles se balader dans la rue maquillée, en talons, en mini-short ou mini-jupe en plein hiver, ou encore le nombril ou le décolleté à l’air… si ce n’est pas le string. Elles veulent tellement faire les femmes qu’on n’arrive plus à évaluer leur âge réel. La plupart ont moins de 15 ans, et elles en font 18. Elles mettent des vêtements de plus en plus moulants et ne cherchent qu’à être sexy ou à sortir avec le beau gosse du collège ou du lycée. Tout ce qui les intéresse maintenant, c’est leur apparence (fringues de luxe, fringues qui attire l’attention,… ), et elles se mettent même au régime alors qu’elle n’en ont pas besoin.

Vous allez me trouver vieux-jeu, mais les temps ont bien changés. De mon temps, on s’habillait correctement. La mode correspondait à notre âge et Barbie et consort n’étaient pas à moitié dévêtues. Je dis ça parce que ma nièce a une poupée… qui a un string. Le choc ! A une époque même, j’ai vu des strings pour enfants dans un magazine de vente par correspondance. Là, on se dit « Mais où va-t-on ? ». Pardon si je choque, mais ce n’est pas étonnant que des jeunes filles se fassent violer ou agresser sexuellement si elles portent ou exhibent ce genre de sous-vêtements qui ne sont pas de leur âge.

Les petites filles s’identifient souvent à leurs aînés, où à ce qu’elles voient à la télé. Le problème, c’est que, de nos jours, on vois des filles de plus en plus dénudées, et surtout qui sont comme ça de plus en plus jeune. On peut citer par exemple Miley Cyrus qui a beaucoup fait parler d’elle pour ses frasques alors qu’elle n’était pas encore majeure. On peut citer également toutes ces émissions de téléréalité, où les filles n’hésitent pas à s’exhiber et n’ont aucune limite dans leur comportement. Autre polémique, la fille de Veronika Loubry qui, a 10 ans, était shootée dans des poses peu appropriés pour son âge. Ces photos avaient fait beaucoup de bruit à l’époque.

Mais le plus grand fléau de ce début de siècle, c’est surtout les skins party. Les émissions montrant des jeunes qui s’enfoncent dans la débauche en s’inspirant de la série Skins se multiplient. Le pire dans tout ça, c’est que les jeunes filles qui y participent assument pleinement de s’amuser en s’alcoolisant à moitié dévêtue. Elles ne se respectent plus et trouvent plus amusant de dépasser les limites que de s’amuser sans prendre de risques. Les jeunes de maintenant n’ont plus une enfance ou une adolescence normale. La sexualité prend une place prépondérante et ces comportements peuvent à long terme avoir des répercussions psychologiques (perte de repères, dévalorisation de son image,… )

 

Mais que font les parents ?

Bonne question… La plupart n’ont pas conscience de ce que font leurs enfants. Ils se disent sûrement qu’ils n’ont qu’une vie et qu’il vaut mieux que leurs enfants s’amusent tant qu’il en est encore temps. Sauf qu’ils ne savent pas comment ils s’amusent. Revenons au sujet principal. Pour ce qui est de la tenue vestimentaire des jeunes filles, les parent cèdent souvent à la mode et à ce que leur réclame leurs filles, de peur de les décevoir. Ils se soucient de ce que les petites camarades de leurs filles vont penser d’elle si elles ne portent pas tel ou tel vêtement en vogue. Plus de ce qui pourrait arriver à leurs filles si elle est habillée de cette façon. C’est le problème d’une société qui fait de l’enfant un « enfant-roi ». Les parents n’arrivent presque plus à s’imposer dans le choix de ce qui est bon ou pas pour leur fille. Ils sont partagés entre la rendre heureuse en cédant à leur envies et la protéger au risque d’aller à l’encontre de ce qu’elle a envie et de la fâcher. La pression sociale est là.

 

Sensibiliser les jeunes autant que leurs parents sur les dangers de l’hypersexualisation ne serait pas mal. Maintenant, il faudrait espérer que les jeunes filles ouvrent grandes leurs oreilles, et ça, c’est pas gagné. J’ai écrit pas mal de choses, me suis parfois dispersée, mais je pense que débattre sur le sujet pourrait prendre des heures tellement il y a à dire. Et vous, qu’elles sont vos impressions sur le sujet ? Je vous laisse vous exprimer.

 

Source image : www.prun.net , http://archives-lepost.huffingtonpost.fr