La question peut sembler saugrenue, voire même stupide! Il est en campagne, il va de meeting en meeting pour expliquer aux Français qu’il est la solution pour que l’avenir de leur pays soit radieux et que le reste des candidats ne sont pas à la hauteur.

Mais au fond, agit-il vraiment comme quelqu’un qui veut être à nouveau président?

En regardant de loin, on peut en douter….

La vue d’ensemble:

En effet, l’homme qui est à la tête de l’état français depuis 5ans met un temps incroyable à se déclarer.

Alors que son principal rival, François Hollande, est lui en campagne depuis fort longtemps.

En politique, ce n’est pas tant les idées qui sont importantes, que la présence sur le terrain.

C’est d’ailleurs pour cette raison que de l’autre côté de l’Atlantique Obama se réjouit que les primaires républicaines prennent tant de temps, il a tout le loisir d’occuper le terrain.

Si Nicolas Zarkozy de par sa fonction était bel et bien présent sur le terrain, ce n’était pas en tant que candidat, mais en tant que Chef d’État.

Pire encore, juste avant d’annoncer sont entrée en jeu il annonce une augmentation de la TVA (très impopulaire) de 2 points…

Plusieurs de ses réformes et autres propositions de loi sont loin de faire plaisir au français, on pourrait se demander pourquoi il les a proposés juste avant son entrée en campagne?

Une façon de se tirer une balle dans le pied?

Le comportement:

En campagne, Zarkozy n’a de cesse de répéter qu’il n’a fait quelques « petites » erreurs, et se place en sauveur de la France face à une crise européenne majeure.

Vu de loin, on peut se demander s’il compte sur une amnésie généralisée des Français pour que ceux-ci oublient un bilan en demi-teinte, pour ne pas dire franchement morose.

Le fait qu’il se souvienne seulement maintenant que les entreprises du CaC40 ne payent presque pas d’impôt et qu’il veut d’un seul coup « corriger » cela en proposant de les taxer à 4% du bénéfice peut soit être pris pour de la mauvaise foi soit une vraie preuve d’incompétence si en 5ans il ne s’est jamais rendu compte d’une telle chose.

Le président du pouvoir d’achat qui a vu celui des Français baisser sous son quinquennat semble souffrir de crise d’amnésie.

La stratégie:

De plus en plus le président Sarkozy surfe sur les idées de l’extrême droite, il veut sans le moindre doute séduire le côté populiste d’une certaine tranche d’électeurs.

Il reprend le scandale du hallal initié par Marine Lepen à son compte, il part des « étrangers trop nombreux« , et pointe même une sortie de l’espace Shengen, tout ce qui fait une bonne campagne d’extrême droite.

S’en est presque ironique quand on voit une Marine Lepen dire sur le plateau du petit journal que les propos tenus par une élue du FN à son père au sujet d’un nez « crochu » sont nuls.

Le FN veut se montrer plus présentable, alors que Nicolas Sarkozy surfe allégrement sur les thèmes préférés de la droite populiste, il y a quelque part une sorte d’inversion des rôles.

On a ensuite de la peine à crédibiliser une campagne quand celui qui prétend à sa propre succession explique qu’il quittera la politique en cas de défaite.

On peut voir ça comme un aveu réaliste, ou alors comme une marque de faiblesse …

Le résultat:

Nous ne prétendons jouer les voyants, et nous ne pourrons avoir de certitudes que dans une quarantaine de jours.

Pourtant, et ceci malgré un sondage légèrement « discutable » qui donnait Sarkozy premier au premier tour, et perdant au deuxième, il semble que sont principale rival, François Hollande, soit assez clairement le favori des Français.

On dit qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais là l’ours semble un peu agonisant.

Conclusion:

Personne n’est dans la tête du président de la république, et personne ne peut vraiment affirmer qu’elles sont ses réelles motivations, ou si justement il est motivé.

Vue de mon siège, j’ai comme l’impression qu’il y va sans y croire.

Si la bonne fortune le fait gagner, il sera certainement content de rempiler pour 5ans, mais sinon, ce n’est pas ce qui va le déranger le plus.

Est-ce du fatalisme, une sorte d’aveux d’impuissance?

On ne le saura jamais, mais si je devais pronostiquer quelque chose, je dirais que ce pauvre Nicolas est surtout parti au front pousser par la pression de ses proches et que lui-même n’a pas, ou plus, la motivation de ses débuts.