Gourcuff ou Gignac sont, parmi tant d’autres, le symbole de ces joueurs passés d’idole à indésirables. Ces joueurs passés du statut de recrue star à un simple poids sur la masse salariale du club.

Il faut bien distinguer les cinq facteurs qui peuvent potentiellement affecté un joueur, cela dit ils peuvent très bien se combiner.

 

Tout d’abord le plus grave, le drame personnel. Certains joueurs perdent des membres de leur entourage et éprouvent de grandes difficultés à s’en remettre. Ce qui amène parfois les joueurs à en décevoir beaucoup sur le niveau montré par la suite.

 

La pression est une variable importante . Il y en a deux types, qui vont parfois de pair, celle liée au transfert et celle liée au prestige du club. Prenons l’exemple de Gourcuff et Gignac. Gourcuff est arrivé à Lyon pour plus de 22 millions d’euros. Il est arrivé avec le statut de star qui allait aider Lyon dans sa conquête Européenne. Mais Yohann est méconnaissable il est lent ne fait pas les bons choix, n’est pas décisif. Sans compter que pas mal de petite blessures viennent perturber son intégration. Résultat la pression liées à l’attente du club et des supporters va finir par être trop forte et il va jusqu’à devenir un simple remplaçant.

Quant à Gignac c’est le changement de dimension. Passer de Toulouse à Marseille, jouer la ligue des champions enfin tout simplement la marche était trop grande peut-être. Le problème d’un attaquant c’est qu’il faut qu’il marque tout suite d’une part pour convaincre et d’autre part pour se mettre en confiance ce que Gignac n’a pas réussi à faire. S’en sont suivis des conflits avec l’entraineur, un presque départ au mercato d’hiver. Aujourd’hui il est dans la même situation que Gourcuff et les deux joueurs doivent à tout prix se relancer.

 

L’environnement du club. Quand un entraineur change ou un président part. Cela a une grande influence sur les joueurs. Car il va y avoir les joueurs recrutés par l’entraineur, qui va se retrouver licencié. Les joueurs ayant de grandes affinités avec un entraineur et qui vont avoir du mal à en changer. Sneijder avait un lien très fort avec Mourinho, depuis qu’il est parti au Real le néerlandais est méconnaissable et enchaine les mauvaises performances et blessures. Il faut aussi prendre en compte l’impact sur son mental de sa non nomination au ballon d’or totalement injustifié.

 

La sélection nationale est un problème pour certains joueurs. Je ne sou parle pas des joueurs bon en sélection et moyen en club comme Podolski ou l’inverse mais de l’impact qu’une sélection peut avoir. Deux exemples frappant Savidan et Martin. Le premier est un ancien éboueur qui a gravi les échelons du foot de l’amateurisme à la ligue 1 pour finir avec une sélection nationale avec la France. L’abatage médiatique qui s’en suivit fit fatal au joueur qui disparu des radars et rentra dans le rang alors que c’était un joueur fantasque et culotté. Martin lui est un jeune joueur il marque lors de sa première sélection les comparaisons avec Zidane vont bon train. Seulement le joueur n’était pas préparé à ça résultat la pression qui en a résulté à nuit au joueur qui n’arrive plus à retrouver son niveau et pointe à la dernière place avec son club Sochaux.

 

Le mental. Pour tout joueur de haut niveau le mental au même point que l’hygiène de vie va grandement influencé sur les performances. Mais la confiance varie de façon tellement aléatoire que parfois des joueurs peinent à la retrouver. Soit parce que leurs performances les déçoit eux-mêmes, soit ils sont passés à travers d’une grande compétition dans laquelle ils avaient fondés beaucoup d’espoir. Toulalan commence maintenant à se remettre de la coupe du monde 2010 et de l’affaire Knysna. Devenu fantomatique à Lyon il a du partir s’exiler en Espagne à Malage où il redevient peu à peu l’inépuisable récupérateur devant la défense.

 

Les performances d’un jouer sont soumises à énormément de variables qui font que quelque soit son talent il faudra qu’il soit dans de bonnes conditions pour l’exprimer. Donc les joueurs dont la valeur prend de plus en plus de valeur ont parfois vraiment beaucoup de mal à accepter ce statut équivalent à la somme du transfert. C’est encore plus difficile pour les meilleurs d’entre eux qui doivent répondre présent en club et en sélection nationale.