Démarrée en 1927 par le professeur Thomas Parnell de l’université du Queensland de Brisbane, l’expérience de la goutte de Poix (pitch drop experiment en anglais) est l’expérience en laboratoire en cours la plus longue!

Le départ de cette expérience est assez sympa. L’idée lui est venue simplement pour prouver à ses élèves qu’une substance qui semble très solide et qui se casse lorsqu’on la frappe avec un marteau, peut en effet être un fluide de très haute viscosité.

Il a donc décidé en 1927 de remplir un entonnoir avec du goudron chaud puis l’a rangé. En 1930, il ressort son entonnoir en verre du placard et enlève le bouchon pour que le goudron puisse s’écouler.
La première goutte tombera 8ans plus tard, puis une suivante approximativement tous les dix ans. Les scientifiques ont pu calculer la viscosité de la poix* et l’on établit à 230 milliards de fois celle de l’eau.

Référencée dans le Livre Guinness des records, cette expérience ne s’est pas toujours déroulée dans un climat contrôlé. Au départ, les variations de température dues aux saisons avaient un impact direct sur la viscosité de la poix. Ce n’est qu’après la chute de la 7e goutte en 1988, que l’air conditionné a été installé dans la pièce. Actuellement, les conditions climatiques sont absolument réglées et contrôlées ce qui a eu comme conséquence de faire augmenter l’allongement de la goutte avant sa rupture. On le remarque sur la durée entre chaque goutte. La 8e goutte a  pris pratiquement 50% de temps en plus par rapport aux précédentes pour se détacher.

Personne n’a jamais pu assister à la rupture de la goutte et à la chute de celle-ci. Bien évidemment une caméra a été installée, mais était malheureusement en panne le 28 novembre 2000 lorsque la dernière goutte en date est tombée.

On estime que le volume de goudron restant dans l’entonnoir est suffisant pour que l’expérience dure encore au moins un siècle.

Voici les dates importantes:

  • 1927 : mise en place de l’expérience ;
  • 1930 : le bouchon est retiré ;
  • Décembre 1938 : chute de la première goutte (temps de formation en mois : 96-108) ;
  • Février 1947 : deuxième goutte (100) ;
  • Avril 1954 : troisième goutte (108) ;
  • Mai 1962 : quatrième goutte (97) ;
  • Août 1970 : cinquième goutte (99) ;
  • Avril 1979 : sixième goutte (104) ;
  • Juillet 1988 : septième goutte (111) ;
  • 28 novembre 2000 : huitième goutte (148).

Lors du mois d’octobre 2005, John Mainstone (actuel responsable) et Thomas Parnell (inventeur/créateur – à titre posthume pour ce dernier) ont reçu le prix Ig Nobel de physique pour cette expérience.

La chute de la 9e goutte est prévue pour 2013/2014! Espérons que quelqu’un la voit cette fois-ci. Vous pouvez suivre le streaming de la webcam à cette adresse: The Pitch Drop Experiment

L'expérience de la goutte de poix à l'université du Queensland, à côté de son actuel responsable, le professeur John Mainstone (en 1990, deux ans après la chute de la septième goutte)

 

Pour l’anecdote, certains remettent en cause le fait de mettre un fluide dans un contenant également fluide! Comment ça me direz-vous?!
Hé bien oui, personne n’as vraiment pu le prouver mais certains affirment que le verre est aussi un fluide extrêmement visqueux. Selon les dires de certains scientifiques, le verre coulerait avec les siècles. Un des indices qui appuie cette théorie est que les vitraux des anciennes cathédrales sont généralement plus épais à leur base qu’en haut. Ce qui supposerait que le verre coule au fil des siècles et non des années.

 

 

 (*)poix: (du latin pix, picis) est une matière collante. Elle peut être noire comme celle constituée à partir de résines et goudrons obtenus à partir de bois résineux ou d’autres bois comme le bouleau ou comme celle tirée de l’asphalte, ou plus claire comme celle tirée des dérivés de la résine de pin.

source: wikipedia