Quel est le point commun entre Ancelotti et Orangina ?

Vous vous dîtes sûrement : « Mais quel drôle de titre ! »
Vous comprendrez un peu plus bas pourquoi … Wahou quel teasing !! J’adore !

Ce soir a eu lieu le sommet de notre championnat de France de football.
Le PSG, leader avec 49 points reçoit Montpellier, d’un point son dauphin.
Ces 2 équipes dominent outrageusement la Ligue 1 cette saison.
Si l’équipe Parisienne est à sa place aujourd’hui, les Montpellierains eux sont la bonne surprise …
Second du championnat, les joueurs de René Girard impressionnent par leurs individualités mais surtout par l’esprit d’équipe qui les anime et cela grâce à une majorité de joueurs formés au club.
En un mot : rafraichissant … comme un bon Orangina (rien à voir avec le titre de l’article, j’y viens un peu de patience !)
De leurs côtés les parisiens de Carlo Ancelotti, malgrès les millions investis par les Qataris et bien que leaders ne parviennent à convaincre ni les observateurs ni leurs supporters …

Au coup d’envoi, je ne peux m’empêcher de remarquer l’étrangeté de la pelouse du Parc des Princes.
Visiblement, elle a été changé peu de jours auparavant, ce qui lui confère un petit côté Tetris assez sympa à l’oeil. Cela m’a rappelé les jeux vidéos de ma jeunesse…
Les 20 premières minutes sont totalement à l’avantage des visiteurs qui contrairement aux parisiens mordent à pleines dents dans le ballon et dans le bon sens du terme.
Le leader parisien semble totalement amorphe, paralysé ou pas par l’évènement…
Dans le jeu, les joueurs de Paris sont dominés au milieu de terrain peut être est-ce dû au schéma tactique de Carlo Ancelotti ?
Loin de moi l’idée de critiquer le coach italien qui de part son palmarès n’a rien à prouver à un petit journaliste amateur tel que moi mais quand même …
Son organisation en 4-3-2-1 avec sur la ligne de 3, Sissoko, Motta et Matuidi, 3 joueurs à vocation défensive, ressemble effectivement à un sapin de Noël …
Moi je préfère la comparer à une bouteille d’Orangina ! (La voilà la comparaison tant attendu !)
Sur la forme donc, mais pas seulement ….
Un Orangina, pour qu’il soit bon, doit être bien secoué, sinon la pulpe elle reste en bas …
La pulpe, dans la boisson, c’est ce qui donne le goût !
La pulpe, dans le football, c’est l’éclair de génie qui fait basculer un match !
Et dans ce PSG là, les victoires cette saison ne passe que par ce genre d’évènement !
Du coup, malgrè une première mi-temps de domination Montpellieraine, ce sont finalement les Parisiens qui vont ouvrir la marque.
Coup franc à 30 mètres.
Néné et Alex se retrouvent autour du ballon.
Grégoire Margotton, l’excellent commentateur de Canal +, évoque la frappe de mammouth de l’ancien défenseur de Chelsea maintes et maintes fois aperçue dans l’Equipe du Dimanche.
Visiblement, Jourdren, le gardien montpellierain ne regarde pas l’émission de Canal…
Dommage pour lui …
Le ballon rose Puma, flotte à travers le mur visiteur et finit sa course un peu bizarre dans les filets !
Finalement, contre le cour du jeu, le PSG mène 1 à 0.
5 minutes plus tard suite à un corner mal dégagé par les parisiens, Vitorino Hilton adresse un centre parfait pour Younes Belhanda qui prouve qu’il n’est pas qu’un excellent manieur de ballon et qu’il peut aussi marqué des beaux buts de la tête.

1 partout à la pause, le score est finalement flatteur pour les parisiens, qui durant cette première période auront été transparents comme une bouteille d’Orangina vide (j’y tiens à ma comparaison hein !)
Dès le retour des vestiaires, le calvaire du leader continue.
Les Montpellierains dominent outrageusement ce match, prouvant qu’un bon centre de formation n’a rien à envier à une équipe bâtie à coups de millions …
A la 81ème minute, on change les intervenants mais le résultat est le même.
Centre de Giroud pour Utaka qui, de la tête, trompe Sirigu.
Le but du Nigérian est la copie quasi conforme du premier tant par la réalisation montpellieraine que par l’apathisme des défenseurs parisiens, totalement absents au marquage.
2 buts à 1 pour les visiteurs qui deviennent du coup virtuellement leader du championnat.
5 minutes plus tard, nouveau secouage de pulpe chez les Parisiens.
Cette fois c’est Menez qui s’y colle.
Formidable numéro d’équilibriste de l’ancien joueur de la Roma qui mystifie toute la défense montpellieraine puis adresse un centre dans les 6 mètres à Hoarau qui n’a plus qu’à pousser le ballon derrière la ligne de but.
2 partout.
Ce sera le score final de ce bon match de Ligue 1 grâce, il faut bien l’avouer, aux montpellierains.

Les joueurs de René Girard ont prouvé en ce dimanche qu’ils n’ont décidément pas galvaudé cette place de dauphin du PSG.
La formation de Carlo Ancelotti, de son côté, est donc toujours leader du championnat sans réellement convaincre. Le réalisme à l’italienne en quelque sorte, solide, mais froid … comme une bouteille d’Orangina !

Je précise que cet article n’est absolument pas sponsorisé par Orangina !

Source Image : http://www.francefootball.fr/blog/cedric-chapuis/#!/news/2011/12/31/220526_ancelotti-la-joue-discret.html