Il faudrait commencer par le commencement. Expliquer en quoi les personnes dont je parle sont sinistrées. Beaucoup le savent déjà, mais pas tous. Le problème est que votre serviteur qui écrit ces quelques lignes, est également un des bénévoles qui s’occupe d’eux. Et que la seule raison qui fasse que je brise le silence est que je vous lâche en passant une exclu. Une vraie, aucune agence de presse n’est encore au courant, évidemment puisque nous ne sommes qu’une poignée au courant. Mais de quoi ? Une dizaines d’enfants sont hébergés dans un abri de la protection civile à Genève, se retrouvant sans abris suite à un incendie d’une violence rare qui a ravagé complètement leur immeuble devenu depuis inhabitable.

Ces enfants et leurs parents se retrouvent totalement démunis depuis une semaine bientôt, n’ayant même pas une pièce d’identité ou une carte leur permettant de retirer de l’argent de la banque.

Et la semaine prochaine s’effectuera la rentrée des classes pour les écoliers genevois. Or, les petits sinistrés ne possèdent d’autres habits que ceux qu’ils portaient lorsqu’ils ont quitté leur immeuble en feu au milieu de la nuit. Et bien que de nombreuses structures soient en place, il n’a pas encore été évident de les habiller correctement.

Une certaine personne, actuellement occupée à vous écrire ces quelques lignes, a eu l’idée d’en parler à la chaîne de magasins C&A. Et, surprise, ceux-ci ont acceptés d’habiller gratuitement ces enfants.

Un geste rare de nos jours.

Merci et bravo.