Cet étrange espace noir au beau milieu de cet amas d’étoiles pourrait vous faire penser à un trou noir d’une forme assez bizarre, mais en réalité ce n’est pas ça. Il s’agit ici de quelques chose de peu connu qui est sûrement l’endroit le plus désert, le plus froid et le plus sombre de tout l’univers.

Vous voyez donc sur l’image ci-dessus Bernard 68 qu’on connaît pour être un nuage de poussière sombre. Impossible de voir à travers dans les longueurs d’onde familières à nos yeux. La poussière et le gaz qui constituent ce nuage sont tellement compressés qu’ils empêchent totalement de voir la lumière des astres se trouvant derrière.

Le résultat visuel pourrait nous faire penser à une espèce de porte des étoiles ou de passage tridimensionnel empreint par les petits bonshommes verts, mais quenénis!

Quelques infos supplémentaires sur cette tâche obscure venant de la NASA et de l’Observatoire Européen Austral:

« Les alentours étrangement sombres aident à rendre l’intérieur des nuages ​​moléculaires les endroits les plus froids et les plus isolés dans l’univers. L’une des plus notables de ces nébuleuses absorbantes est un nuage sombre vers la constellation d’Ophiuchus connu sous le nom de Barnard 68, photographié ci-dessus. Le fait qu’il n’y est pas d’étoiles visibles en son centre indique que Barnard 68 est relativement proche, avec des mesures la plaçant à environ 500 années-lumière et une demi-année-lumière de diamètre. On ne sait pas exactement comment les nuages moléculaires de Barnard 68 se sont formés, mais on sait qu’ils sont les endroits où il est susceptible que les nouvelles étoiles se forment. En fait, Barnard 68 a été déterminé, comme étant susceptible de s’effondrer et de former un système de nouvelles étoiles. »

 

On notera que lorsqu’on sort des longueurs d’onde courantes, ce grand espace d’un noir profond n’est plus si noir. En prenant par exemple l’infrarouge, il devient possible de voir à travers et d’apercevoir les astres qui sont au-delà comme montrés sur cette image:

source/photos: nasa, eso