Éruption solaire (Nasa)

Nous sommes en ce moment même sous un bombardement de particules magnétiques solaires très intense. La plus forte éruption solaire depuis 2005 irradie la Terre.Cette tempête devrait durer jusqu’à mercredi.Aurons-nous droit à une aurore boréale (possible mardi soir) ou à un plantage sévère des communications , voir de nos ordinateurs ? Normalement le probème ne devrait toucher que les satellites de communication. Et ce n’est pas obligatoire mais à craindre.

Rappelons qu’en 1989, un puissant jet de particules en provenance du soleil a plongé le Quebec dans le noir pendant plus de 9 heures. Le champs magnétique terrestre peut également être sévèrement perturbé, et les instruments de mesures qui l’utilisent comme référence.

Le danger est évidemment plus grand dans l’espace. Astronautes et satellites risquent beaucoup, car ils ne sont plus protégés par le champs magnétique terrestre.

Voilà à quoi pourrait ressembler une aurore boréale dans notre région (Wikimedia

Rappelons que les ondes électromagnétiques émisent par cet astre mettent 8 minutes pour nous atteindre, les particules d’énergies entre 30 et 60 minutes et enfin, les projections de plasma (dites masses coronales et qui peuvent atteindre 1 milliard de tonnes) 1 à 2 jours.La sonde spatiale SoHo a pour but de nous informer, entre autre, sur ces projections. Située à 1,5 millions de kilomètres de la Terre, ses instruments envoient de précieuses informations que l’on peut consulter sur le site de la Nasa http://sohowww.nascom.nasa.gov/. Ce dernier signalait déjà des projections en direction de notre planète le 19 janvier. Avant d’atteindre SoHo, les pertusbations sont très difficiles à détecter. Une fois parvenues à la sonde, elles mettent moins d’une heure pour nous parvenir … trop court pour envisager de prendre des mesures concrètes.En 2003, lors de la guerre du Golfe, les opérations avaient été fortement handicapées par une éruption de ce type, les informations GPS étant faussées. C’est l’une des conséquences auxquelles il faut s’attendre, avec une perturbation des émissions radio, telles que les HF, utilisées par les avions.

A cause du rayonnement ionisant, plusieurs satellites sont détruits tous les 1 ou 2 ans. Ces rayonnements sont également néfastes pour l’être humain. L’exposition augmente en fonction de l’altitude, plus elle est élevée, moins on est protégé, et par la latitude, plus on s’approche des pôles plus on est exposé. Ainsi les équipages des avions sont bien plus sujets à recevoir des doses de rayonnement. Des appareils de détection existe toutefois, afin d’effectuer des contrôle de ces doses maximum, indiquées en Sievert. Les passagers des avions volants très au nord sont contaminés parfois par des doses se rapprochant des doses maximum annuelles (5 mSv/micro-sieverts par an).

Dans les pays nordiques, il n’est pas rare que des pannes d’infrastructures soient provoquées par les éruptions solaires. Panne de signalisation ferroviaire, d’alimentation électrique, etc. La Suède en a été régulièrement la victime, son réseau étant très sensible. Or, nous sommes de moins en moins autonomes, les pannes des uns peuvent rapidement devenir les problèmes les autres.