Wikipedia en grève

Wikipedia, dans sa version anglophone affiche cette image depuis minuit.

D’autres sites seront également en grève.

La protestation est née suite à des projets de loi américains concernant la lute contre le piratage, entre autre, et la lute contre la cyber-criminalité, la SOPA « Stop Online Piracy Act » et la PIPA « Protect IP Act ».

Ces deux lois permettraient ni plus ni moins de bloquer les sites considérés comme enfreignant soit des lois sur le copyright, soit accusés d’enfreindre le droit américain. Ils vont plus loin, permettant la censure de liens à l’intérieur d’email envoyés.

Ni Wikipedia ni les autres sites concernés ne défendent le piratage ou la criminalité électronique. Toutefois, ils avancent comme argument que les autres pays qui ont agis de cette manière sont la Syrie, l’Iran et la Chine. C’est la censure de l’Internet qui est en cause, car s’il est évident qu’un peu d’ordre sur la toile ne ferait pas de mal, un site pourrait se voir bloqué aux Etats-Unis parce qu’il diffuserait des informations que le gouvernement considérerait comme sensible.

Bien que depuis vendredi ces projets de lois ont été mis en suspens, les sites mobilisés ont tenus à maintenir leur action.  Plusieurs sites important tels que Youtube, Google, Twitter ou Paypal ont même menacés un blackout Internet sur le réseau américain. Facebook serait, par exemple, le premier concerné par cette censure, puisqu’un lien publié sur un mur et pointant vers un site considéré comme interdit aux USA, pourrait, s’il n’était pas retiré par Facebook, mené au blocage du fournisseur de contenu social en entier.

La Maison Blanche s’est même lancée à l’attaque de ces lois, sur son blog officiel http://www.whitehouse.gov/blog/2012/01/14/obama-administration-responds-we-people-petitions-sopa-and-online-piracy menaçant d’opposé son véto si ces lois étaient adoptées sans modification, mentionnant entre autre : « important task of protecting intellectual property online must not threaten an open and innovative internet » ce qui signifie « la tâche importante qui consiste à protéger la propriété intellectuelle ne doit pas l’être au détriment d’un internet ouvert et innovant ».

Le site http://sopastrike.com/ affiche la liste des participants à cette journée d’action :

grève internet

On y trouve pas moins Google, WordPress et Mozzilla, parmi les plus grands.