Allez c’est un peu rare sur ce site mais pour une fois je vais vous proposer une critique de livre : La Couleur des sentiments.

Vous avez surement entendu parler de ce roman, ou du moins du film qui en a été adapté. En ce qui me concerne, ça faisait quelque temps que j’avais envie de lire ce roman, le problème toutefois était que ce livre coute vraiment trop cher.

 

Non mais soyons sérieux, je trouve que lire est devenue une passion de plus en plus couteuse. 26 euros pour un livre ! De qui se moque t-on ? Lire n’a jamais été aussi cher, surtout depuis le passage à l’euro (oui je fais ma petite vieille mais je m’en fiche) !

 

 

Je me souviens que lorsque j’étais petite ma mère m’achetait des livres pour à peine 5 ou 10 francs ! Aujourd’hui un livre coûte minimum 5 euros mais tourne généralement autour de 15 euros et monte très vite à plus de 20 euros en cas de gros volume (ce qui arrive assez souvent) ou/et de gros succès. 26 euros un livre ! Plus de 150 balles ! A l’époque un livre n’aurait jamais couté plus de 100 francs faut pas déconner ! Enfin bref, passons. C’était mon petit coup de gueule.

 

Donc oui, si je n’avais pas encore découvert ce livre c’est tout simplement qu’il était hors de question que je paye un livre aussi cher. Surtout en sachant que dans un an il sera partout en occasion à 10 euros.

Heureusement pour ne pas attendre aussi longtemps, une amie m’a fait l’amabilité de me le prêter lors de son passage dans la capitale. Et je peux dire que je l’ai dévoré !

 

Au début j’ai été un peu surprise par le ton employé, disons que c’était assez … familier. Et puis chaque chapitre est narré sur le ton d’un personnage en particulier sachant que les chapitres alternent entre la voix de Minnie, la voix de Aibileen et la voix de Skeeter.

 

Toutefois, passé les 2 ou 3 premiers chapitres je suis devenue complètement accro. Le sujet de la discrimination raciale dans un une ville aussi sensible que le Mississippi était vraiment casse-gueule. J’avais peur de tomber dans le trop « pathos », le trop « violent » ou au contraire un ton et un texte « trop léger » par rapport au sujet abordé. Mais pas du tout ! L’auteure réussis là un tour de force en parlant avec une justesse terrifiante du racisme et des préjugés.

 

 

On s’attache à des personnages comme on se met à en haïr d’autre. Minnie a été mon grand coup de cœur mais je crois que j’aurais pu baffer quelqu’un comme miss Leefolt et ne parlons même pas de Hilly.

Je ne peux que vous recommander de lire ce livre qui pousse à réfléchir à sa relation avec autrui mais aussi au chemin parcouru depuis lors. Et puis comme disait mon amie, tu ne peux pas lacher ce livre une fois que tu as commencé, quand bien même tu as la rage face à ce qu’il se passe, t’as envie de continuer jusqu’à la dernière page.

 

 

Au passage dites moi si vous avez eu l’occasion de lire le livre ou de voir le film et ce que vous en avez pensez.

 

Enjoy les gens