Cette saison Manchester City apparait enfin comme une grande équipe capable de jouer sur tous les tableaux, la preuve que l’argent dans le football peut enfin construire une grande équipe?

classementSource : l’équipe

Ce classement après 11 journées reflète bien ce qui est en train de se passer en Angleterre le Big Four tel qu’on le connaissait est en train de disparaître pour devenir un Big Five? Big Six? Big Seven? Ce qui est sur c’est que Tottenham et Newclastle ont franchi un cap et même Aston Villa parait désormais en mesure de se mesurer aux cadors. Mais le club qui par-dessus tout est en train non pas de se mesurer mais d’écraser la concurrence c’est Manchester City.

Le voisin de United qui n’avait plus particulièrement fait partie de lui depuis les années 70 et sa période faste à commencer à véritablement revenir sur le devant de la planète football lorsque Khaldoon Al Mubarak a racheté le club en 2008 et qui a alors disposé de moyens financiers pratiquement illimité!

Et alors les Adebayor, Kompany, Tevez, les frères Touré et une longue liste de noms prestigieux sont devenus gonflés l’effectif du club pendant cette période. Et cela avec ce qui fait certainement sa force, le même entraineur depuis 2009, Roberto Mancini qui remplace Mark Hugues.

On aurait pu alors s’attendre à une valse d’entraineurs aux noms plus ronflants les uns que les autres, démis de leur fonction toutes les deux défaites, que nenni! En s’offrant un nom prestigieux l’homme d’affaires, originaire des Émirats arabes unis, a ensuite décidé de le laisser travailler pour construire le projet cityzen.

Avec un jeu qualifié de frileux, avec un football plus basé sur la défense que l’attaque malgré une pléiade de joueurs offensifs talentueux, Mancini est raillé Outre Manche mais garde la confiance de son président. Et il en est récompensé avec une qualification pour la ligue des champions l’année suivante ainsi que le premier titre du club depuis 35 ans, la F.A Cup.

Et cette année les blues sont passés à la vitesse supérieure notamment grâce à quatre hommes, une recrue, Sergio Agüero et trois joueurs déjà au club mais qui commence seulement à prouver leur valeur Silva, Dzeko et le plus grand pari de Mancini : Balotelli.

En effet Mancini a voulu coûte que coûte acheter le jeune espoir italien « Super Mario » et ce malgré le scepticisme de beaucoup de monde, le joueur étant décrit comme ingérable. Seulement pour l’avoir eu sous ses ordres lorsqu’il entrainé l’Inter de Milan, l’entraineur de City sait que le garçon a un potentiel digne des plus grands joueurs de ce monde. Il décide alors de le prendre sous son aile. Et ça marche cette année le jeune Mario semble enfin gagner en maturité ce qui lui permet de montrer seulement l’étendue de son talent et il a fait taire toutes les critiques.

On voit bien que cette équipe ne compte que peu de joueurs locaux ou ayant un passé avec le club, mais le football ses dernières années a montré la fracture entre les clubs attachant beaucoup d’importance à l’amour du maillot et à la formation comme les deux Milan ou encore Barcelone, et les clubs comme Chelsea et maintenant Paris et Malaga maintenant qui sont des clubs repris par des hommes fortunés et qui veulent gagner rapidement en se construisant des équipes dignes de jeux vidéos à coups de millions.

Mais le fair-play financier va bientôt être mis en place par l’UEFA et il faudra rendre des comptes équilibrés alors City est arrivé au bon moment et s’est construit une équipe qui va durer et ne va pas avoir grandement besoin de recruter ces prochaines années et pourrait bien montrer son talent en ligue des champions. Alors on va dire qu’ils n’ont pas d’expérience dans cette compétition, sauf que les joueurs qui composent le club en ont eux. Et Mancini a mis l’accent lors de sa première saison sur la défense tout simplement pour pouvoir bâtir une équipe sur des bases solides.

Le mois que l’on puisse dire c’est qu’il a réussi aussi avec Balotelli qu’à construire une équipe à la fois solide mais aussi impressionnante que dangereuse offensivement. Avec 39 buts marqués pour 10 encaissé en championnat soit moins d’un but par match encaissé contre plus de 3 marqués on comprend mieux pourquoi ils sont invaincus. D’autant qu’ils sont en passe de sortir du groupe de la mort en ligue des champions.

Manchester City a su se construire autour de son entraineur Mancini qui mène cette équipe et ses égos à la baguette, vont-ils devenir maître d’Angleterre ce qui serait la consécration du foot-dollars? S’imposer au sommet de l’Europe? Ce qui est sur c’est que City est géré de façon intelligente et qu’ils sont bien partis pour durer!