Ce week-end avait lieu un véritable test pour le PSG face à un rival qui s’avère pour l’instant le plus dangereux « Lyon ». Et ce fut une réussite avec une victoire 2-0 dans une ambiance magnifique et dans un match haletant.

Le Parc des Princes retrouve son lustre d’antan, non pas qu’il ait été rénové mais tout simplement parce qu’il a retrouvé une équipe capable de l’enflammer et de réveiller ce public parisien qui s’était plus illustré ces derniers temps par des frasques qu’un soutien indéfectible à son équipe.

L’arrivé des Quataris y est pour beaucoup, enfin leurs dollars surtout ! Un recrutement équilibré entre le jeune talent (Pastore), les joueurs qui sont quelque peu expérimenté mais qui viennent franchir un cap et pérenniser le futur du club (Gameiro, Matuidi, Ménez, Sirigu), le joueur obtenu à un bon prix qui vient se relancer (Sissoko) et les joueurs expérimentés venus encadrer l’autre jeune talent du club Sakho (Lugano et Bisevac).

Leonardo a donc bien utilisé le budget mis à sa disposition, et la nouvelle direction du club a surtout pris une décision importante qui a toute son importance malgré l’éviction de Robin Leproux et le nom notamment d’Ancelotti qui circulait, ils ont laissés les clés de l’équipe à Kombouaré. Et cette marque de confiance qui lui a été faite, et qu’il rend bien, même si sa capacité à gérer les égos était une énigme.

Kombouaré restant, le club parisien gardait donc la ligne directrice du club qui est de se chercher une stabilité, qui lui faisait défaut ses derniers temps. Et les joueurs parisiens de l’année dernière gardaient donc une attache, ce qui leur amena une certaine confiance malgré la menace de la concurrence du recrutement, et le groupe partait donc sur des bases saines.

Au début de la saison les plus sceptiques ne voyait en Paris qu’une somme d’individualités sauvés par des coups d’éclats de Pastore. Plus la saison avance plus on voit que Paris est en fait bien plus solide devant le « carré magique » Pastore- Ménez – Néné – Gameiro s’entend de mieux en mieux, au milieu Bodmer retrouve son lustre d’antan, Matuidi ratisse les ballons et le terrain de manière très efficace, en défense bien que Lugano ne soit pas au meilleur de sa forme, que Sakho soit toujours blessé la défense est solide et Sirigu montre à Kombouaré que malheureusement pour Douchez, Sirigu n’est pas titulaire pour rien.

Et surtout le premier « test » a eu lieu car en plus du match contre Lyon concurrent direct pour le titre, les parisiens devaient surtout montrer qu’ils étaient capable de réagir après leur défaite 2-0 face à Bilbao en Europa League jeudi, et de ce côté ils ont répondu de la meilleure des manières.

Alors espérons que Paris continue comme ça, qu’ils pèsent sur la scène européenne, encore un cran au-dessus de Lyon, et que cela crée une émulation en France et que la Ligue 1 attire enfin les grands joueurs, comme Joe Cole à Lille ou Lisandro à Lyon.