Alors que Hadopi a lancé officiellement et laborieusement son label PUR il y a quelques mois pour mettre en avant les offres légales sur internet et pour défendre les artistes, Jean-Paul Bazin, Président de la SPEDIDAM, détruit le mythe de télécharger légalement pour sauver votre artiste.

En effet,le label PUR est officiellement là pour sauver les artistes et la création.Sans lui, en 2020, selon les spots publicitaires, il n’y aurait plus d’artistes ni de création à cause des méchants pirates qui volent les artistes de leur oeuvres.

Et si les méchants voleurs étaient les majors?

Selon Jean-Paul Bazin, le président de la société de perception des artistes, les artistes ne touchent rien quand leur oeuvres sont achetées sur internet ou diffusées en streaming. Tout l’argent recolté part aux sociétés de diffusion et au majors.

Les majors ont donc tout à y gagner, pas de frais pour elles et un maximum de bénéfices !

Quant aux artistes, ils ont le droit de ramasser les miettes des revenus des ventes de CD, qui ne cessent de chuter ( en moyenne, un artiste touche 10% de la valeur de vente d’un CD ! ) et les revenus de leurs concerts.

Répartition du prix de vente d’un CD:

© numerama

Aujourd’hui,le constat est donc le même: si vous téléchargez illégalement ou légalement, votre chanteur favori ne gagnera pas sa vie grâce à vous!

Mais pourquoi les artistes ne perçoivent-ils rien ? « Ils touchent un cachet une fois lors de l’enregistrement, et ne touchent plus rien après (…). Ils abandonnent tous leurs droits numériques, car hélas ils ne sont pas en position de force face aux producteurs. »

Il vous reste 2 solutions:

- 1ère solution : Acheter Un CD, mais comme la plupart d’entre nous n’utilisent plus de baladeurs CD mais des baladeurs MP3, il faut forcément utiliser son droit à la copie privée pour copier ce CD sur le PC (SDRM) et le mettre dans notre baladeur.

Mais le plus gros souci est que la plupart des CD sont protégés contre ce droit! il faut donc soit se contenter du CD, soit rentrer dans l’illégalité pour cracker cette protection ( et oui, cracker une protection pour pouvoir exercer son droit a la copie privée est illégal! ) et pour pouvoir enfin profiter pleinement de son achat !

- 2ème solution: Aller au concert, les revenus sont en grande partie perçus par l’artiste, et c’est ce que font de plus en plus de français!

Le constat d’aujourdhui est que pour profiter de la musique de son chanteur préféré le plus facilement et rapidement possible, est de télécharger illégalement ses chansons….

Il n’y a donc pas actuellement de solutions pour profiter pleinement de son achat musical tout en rémunérant son artiste favori, une des rares choses au monde où la demande n’a pas d’offres en réponse!

Pour conclure, je vous invite à lire la lettre d’un pirate à Ubisoft, société de jeux vidéo qui est dans la même lignée que les maisons de disque:

Lettre d un pirate a Ubisoft

SPEDIDAM: Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes.

SDRM: Société des Droits de Reproduction Mécanique.

Label PUR: http://www.pur.fr/label-pur

Major: http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_majors_du_disque

 

Source: Pcinpact, numerama