Avec la justice américaine on avait déjà tout vu, mais il semblerait que la France n’est pas en reste.

 Un niçois de 51 ans a été condamné à verser 10000 € à son ex femme qui a demandé le divorce suite à une abstinence sexuelle prolongée. Après 21 ans de mariage le divorce a été prononcé aux torts exclusifs du mari qui a tenté de justifier ce laxisme sexuel par des problèmes de santé, de la fatigue due à l’extrême pénibilité de son métier etc. Rien n’y fait car selon la loi le sexe est un des piliers fondamentaux du mariage.

Pour tous ceux qui ne savent pas s’ils sont en infraction de la loi, merci de vous rapporter à l’article 215 du code civile qui prévoit que « les époux s’obligent mutuellement à une communauté de vie … vivre ensemble mais aussi avoir des relations sexuelles ensembles … l’impossibilité de faire l’amour peut donc être une cause d’annulation ou de divorce. »

Par contre Attention à ne pas faire d’amalgame. Obliger son partenaire à des relations non consenties est considéré comme un VIOL et est donc un crime.


Heu? :-? Je trouve ça complètement ridicule cette histoire. Pourquoi la loi s’insurge- t-elle dans l’intimité d’un couple pour vérifier une chose aussi personnelle? Car en effet c’est une affaire qui aurait dû rester dans l’intimité et ne pas faire les premières pages des journaux.

Si la femme estimait qu’elle n’était pas comblée sexuellement par son mari, elle aurait pu divorcer bien plus tôt étant donné que le mari admet que pendant des années il n’y avait plus de relations sexuelles.

On va peut-être parler de sentiments et d’attachements mais pourquoi lui faire payer une situation qu’elle avait choisi d’accepter? Si elle aimait son mari au point de rester avec lui aussi longtemps, lui faire payer cet « oubli » maintenant est quelque peu ridicule.

Je ne m’étonnerai jamais assez de voir la quantité d’inepties qui sont rapportées tous les jours dans nos médias tandis que les sujets sérieux sont laissés à l’abandon.

Morale de cette histoire

La loi est un labyrinthe  qui peut réserver des surprises à chaque tournant.

Il faut donc prendre connaissance de la loi sans pour autant l’interpréter. Si « inciter » son conjoint à des relations sexuelles est un devoir conjugal prévu par la loi, « l’obliger » devient un crime!

Si vous avez des envies et votre partenaire n’en a pas, mieux vaut ne pas le brusquer et risquer la prison. Traduisez- le en justice plutôt, vous en sortirez libre et beaucoup plus riche.

Entre droit, devoir et crime la frontière devient de plus en plus mince. A vous de savoir la distinguer car à tous les coups, la « Justice » sera là pour trancher.

:shock: Skylight

Source article: http://www.rtl.fr/actualites/article

Source photo: http://www.stockphotography.co.uk/Store