« Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. «   Extrait d’un des passage des livres de SVT qui fait polémique pour la rentrée. Retour sur un débat au relent d’homophobie et d’extrémisme religieux assumé.

Peut-être que cela ne vous a pas marqué pour la rentrée, mais en ce moment se joue un véritable bras de fer entre les politiques de l’UMP, parmi les plus radiaux et proche des groupes catholiques, et l’institution scolaire.

Le sujet de cette controverse inutile : la théorie des genres !

En résumé, la théorie des genres consiste à comprendre que naître avec avec un sexe de garçon ou de fille ne fait pas de vous un être masculin ou féminin. Cette vision bouleverse et surtout éradique un bon nombre de stéréotypes. En effet, l’élève doit comprendre que le fait d’avoir un genre féminin ou masculin découle d’un environnement social et d’une construction volontaire de la société.

Par exemple l’idée absurde que les garçons se doivent de jouer les durs, de jouer aux jeux de voitures et de pompiers, d’aimer le bleu n’est en rien naturel. Tous ces « symboles » découlent d’une représentation que l’on se fait du genre masculin et que l’on impose à l’individu dès sa naissance. Soyons honnête, pourquoi une petite fille aimerait le rose en naissant, aurait forcément un caractère doux et patient et serait doué pour jouer à la dinette ? Parce que les adultes imposent cette vision. Dés sa venue au monde, sa chambre est rose et ses jouets sont des poupées, on ne lui laisse pas le choix et, par cette représentation, on inscrit toute une idée du genre féminin qu’ingère l’enfant en grandissant. Mais cela n’a rien de naturel !

 

 

En quoi cette théorie, finalement plus que logique, choque nos radiaux d’imbéciles ? Tout simplement parce qu’en continuant la réflexion on en arrive au domaine de la sexualité. Nous ne naissons pas hétéro, homo, bi ou trans, nous naissons comme individu pratiquant  une certaine forme de sexualité. La sexualité normalisée est l’hétérosexualité, mais elle n’est pas plus naturelle que la bisexualité, elle est juste intégrée très tôt par la norme dans l’éducation.

Apprendre cette théorie très tôt à l’école, a le mérite d’enseigner aux jeunes à se montrer, non seulement tolérants, mais également, pour certains, de les tranquilliser sur eux même. Un jeune découvrant son homosexualité se verrait conforter dans l’idée qu’il n’est pas plus différent qu’un autre et encore moins anormal. De plus cela permettrait également aux jeunes filles de se poser des questions sur certains comportement « dit féminins » qui les pousse à éviter les filières trop scientifiques, alors qu’en fait, elles n’ont fait qu’absorber la normes de la société qui veut que les jeunes femmes soit plus du domaine littéraire et les jeunes hommes du domaine scientifique.

Cette théorie enseignée aux élèves en SVT pourraient donc avoir de très bonnes retombées. Oui mais voilà, ce n’est pas du goût de près de 80 députés de l’UMP qui y voit une théorie dangereuse pour la morale, notamment la morale chrétienne, selon eux, qui veut qu’il y est bien un homme et une femme aux comportements opposés et dont la sexualité se doit d’être l’hétérosexualité !

Ces fauteurs de troubles que sont Christian Vannest, Jacques Myart, Christine Boutin ou encore Lionnel Luca (pour n’en citer que quelques uns ) nous sortent des arguments comme : « remettre en cause la notion même de l’homme et de la femme, reviendrait à dénier à Adam et Eve de s’être reproduits. On a eu de la chance qu’ils n’aient pas connu cette idéologie sinon on ne serait pas là pour en parler… »

Qu’est ce que ça vient faire là ! Dans un pays régit par une politique laïque !

De plus, les groupes homosexuels se retrouvent une fois encore visée puisque certains n’hésitent pas à accuser un supposé lobbye gay de vouloir imposer cette théorie (ils se sont crus aux Etats-unis pour s’imaginer un lobby gay d’un tel poids ! Faut revenir sur terre ! ) . En bref, encore un débat qui démontre tout l’esprit rétrograde, absurde et homophobe de membres de l’UMP qui, décidément, s’efforce d’unir toutes les raclures de la pire espèce dans sa partie la plus extrême.

Un débat bien inutile et choquant.

Sur ce …