Hors norme que ce soit techniquement ou mentalement, pas que physiquement, Teddy Riner fait désormais partie des légendes du sport.

Après ce mois d’août mouvementé j’aurais pu vous parler de l’infernale agitation Qatarienne qui secoue la capitale française, de Manchester City qui a maintenant deux équipes capables de jouer le titre en Angleterre, de la finale ratée de Lemaître aux championnats du monde d’athlétisme, malgré l’élimination de Bolt pour faux-départ ou encore des autres médailles françaises au judo mais finalement j’ai opté pour un autre sujet celui des légendes du sport.

Ceux qui ont dominé ou dominent leur sport, qui ont écrit ou sont en train d’écrire l’histoire de leur sport par leurs performances et leur aura. Les Tiger Woods, Michael Schumacher, René Lacoste, Pelé, Maradona, Nadal, Federer, Lendl, etc… La liste est longue mais voici un nouveau venu, un qui sort de cette école française capable de sortir de grands champions comme Douillet, Loeb, Platini, Lacoste, Longo, Absalon, Jalabert, Hinault ou encore Karabatic, cependant même avant ce 5ème titre mondial Teddy Riner faisait déjà partie de cette catégorie, cette fois-ci il y scelle son nom à tout jamais.

2 mètres 04, 131 kilogrammes, 22 ans, 5 fois champion du monde (dont une fois toutes catégories) la première fois à 18 ans , 2ème fois champion d’Europe, et médaillé de bronze aux Jeux Olympiques à 18 ans, seulement deux défaites en 2008 en demi-finale des JO contre l’Ouzbek Tangriev et en finale des mondiaux 2010 contre le Japonais Kamikawa. A ce rythme-là faites l’estimation de son palmarès quand il aura 26 ans !

Car c’est inévitable lorsqu’un sportif a du talent, qu’en plus de ça il a la tête sur les épaules, un moral d’acier et que c’est un bosseur il va forcément atteindre les sommets. Fortement touché par son échec qu’il estime injuste en finale des championnats du monde contre le Japonais Kamikawa, la victoire ayant été attribuée sur décision de l’arbitre qui avait estimé que Riner avait été trop attentiste. Il a donc décidé de travailler encore plus, il a signé à Levallois qui lui a offert un atout indéniable un sparring-partner de luxe l’allemand Nico Kanning ancien champion d’Allemagne de judo et international allemand de rugby : 1m86 pour 113 kilos ! Riner a confié dernièrement : « Un partenaire dédié à 100 % est un vrai plus. Nico est devenu mon ombre. C’est un bœuf, très dur à soulever. Je ne peux plus me passer de lui. »

Et ça a payé, pourtant il avait une certaine pression : aucun judoka avant lui n’avait réussi la passe des cinq titres mondiaux, et lui, a 22 ans avec sa décontraction permanente il est allé décrocher ce titre qui le fait rentrer dans l’histoire, au vu de son âge et de son potentiel, sans compter son hygiène de vie lui permettent d’envisager un avenir particulièrement brillant.

La France tient là un champion exceptionnel et l’a bien compris, surtout qu’il véhicule une image positive et n’est pas obnubilé par les gains (lui qui refuse environ deux offres de sponsoring par mois). Avec lui la France s’assure pratiquement une médaille d’or aux championnats du monde et JO. Alors espéront que Teddy soit encore longtemps épargné par les blessures et qu’il ait soif de gagner.