Le couperet est tombé : 53% de la population française ne veulent pas du retour de DSK en politique, malgré le verdict rendu en sa faveur.

Le procureur de Manhattan a finit par laisser tomber les poursuites, DSK est désormais libre de reprendre son passeport et de revenir en France. Nouveau soubresaut dans le feuilleton de l’été, mais certainement pas le dernier. SI DSK se voit libéré d’un procès en pénal, il sera toujours poursuivi en civil par mlle Nafissatou Diallo, de plus son retour en France signe la reprise de l’affaire Banon. Qu’à cela ne tienne, l’annulation d’un procès au pénal pour lui est un tournant qui le place en vainqueur pour ces prochaines affaires, le vent tourne de son côté, pourtant …

 

 

Le sondage est formel, la population française, a 53%, ne veut plus de lui en politique ! Alors quoi ? Le jugent t-on définitivement coupable ? Ont-ils honte d’avoir à leur tête un homme soupçonné de crime ? Peut – on mettre en cause les médias ?

Bien sur il y a toujours le soupçon qui pèse sur l’ancien directeur du FMI : coupable ou non ? L’affaire a été complexe, tout le monde s’accorde à dire qu’au final nous ne saurons jamais ce qui s’était passé dans cette chambre. Le procureur de Manhattan concède qu’en dépit de sa décision, il reste beaucoup de zone d’ombre dans l’affaire comme le fait qu’un rapport « consentit » de 9 mn était un peu léger et que le dossier médical restait une preuve formelle de la présence de blessure. DSK apparaît comme un poids à risque, un boulet enchaîné aux problèmes judiciaires et vraisemblablement aux problèmes de moeurs.

 

 

DSK  : Une mauvaise image de la France ?

Les médias américains, en grande majorité, se sont déchaînés sur « le machisme français ». Le « feuilleton » a en effet provoquer des réactions plus que déplorables avec des propos représentatifs de la bêtise humaine comme « un troussage de domestique » ! Alors à l’idée qu’une telle image puisse représenter tout le pays, la plupart s’y oppose avec force.

En tout les cas, ce « désamour » des français envers DSK se solde par une montée en puissance de Hollande dans les sondages ( avec 45% de préférences ) devant Mr Nicholas Sarkozy. On note également une baisse des intentions de vote pour le partit de Marine le Pen ( 15% ) dont l’image a pris un sacré coup après la tragédie survenue en Norvège et les propos tenus par son père.

 

 

Il n’y a plus qu’à attendre le  verdict des urnes, mais il semble que pour DSK, le 15 mai a signé la mort de sa carrière politique au sommet.