Dimanche sur les Champs, et une 20ème victoire de Cavendish, c’est achevé le Tour de France qui a pour la première fois récompensé un Australien, celui-ci particulièrement émérite, Cadel Evans devant les frères Schleck.

Je vous propose de commencer tout d’abord par un bref résumé de cette édition 2011 :

 

Récapitulatif des vainqueurs d’étapes et du porteur du maillot jaune :

 

Etape
Profil Vainqueur de l’étape
Leader au classement général
1  Plaine  Phillippe Gilbert  Phillippe Gilbert
2  CLM/équipe  Garmin Cervélo  Thor Hushovd
3  Plaine  Tyler Farrar  Thor Hushovd
4  Vallonnée  Cadel Evans  Thor Hushovd
5  Plaine  Mark Cavendish  Thor Hushovd
6  Plaine  Edvald Boasson Hagen  Thor Hushovd
7  Plaine  Mark Cavendish  Thor Hushovd
8  Vallonnée  Rui Costa  Thor Hushovd
9  Vallonnée  Luis Léon Sanchez  Thomas Voeckler
10  Plaine  André Greipel  Thomas Voeckler
11  Plaine  Mark Cavendish  Thomas Voeckler
12  Montagne  Samuel Sanchez  Thomas Voeckler
13  Montagne  Thor Hushovd  Thomas Voeckler
14  Montagne  Jelle Vanendert  Thomas Voeckler
15  Plaine  Mark Cavendish  Thomas Voeckler
16  Vallonnée  Thor Hushovd  Thomas Voeckler
17  Montagne  Edvald Boasson Hagen  Thomas Voeckler
18  Montagne  Andy Schleck  Thomas Voeckler
19  Montagne  Pierre Rolland  Andy Schleck
20  CLM  Tony Martin  Cadel Evans
21  Plaine  Mark Cavendish  Cadel Evans

 

Classement Général final (seulement les 20 premiers) :

 

Classement  Nom  Equipe  Temps
1  Cadel Evans  BMC Team Racing  86h 12min 22s
2  Andy Schleck  Team Léopard-Trek  + 1min 34s
3  Frank Schleck  Team Léopard-Trek  + 2min 30s
4  Thomas Voeckler  Europcar  + 3min 20s
5  Alberto Contador  Saxo Bank-Sungard  + 3min 57s
6  Samuel Sanchez  Euskaltel-Euskadi  + 4min 55s
7  Damiano Cunego  Lampre-ISD  + 6min 05s
8  Ivan Basso  Liquigas-Cannondale  + 7min 23s
9  Thomas Danielsson  Garmin-Cervélo  + 8min 15s
10  Jean-Christophe Péraud  AG2R La Mondiale  + 10min 11s
11  Pierre Rolland  Europcar  + 10min 43s
12  Rein Taaramäe  Cofidis  + 11min 29s
13  Kevin De Weert  Quick Step  + 16min 29s
14  Jérôme Coppel  Saur-Sojasun  + 18min 36s
15  Arnold Jeanesson  FDJ  + 21min 20s
16  Haimar Zubeldia  Team Radioshack  + 26min 23s
17  Christian Vandevelde  Garmin-Cervélo  + 27min 12s
18  Ryder Hesjedal  Garmin-Cervélo  + 27min 14s
19  Peter Velits  Team HTC-Highroad  + 28min 54s
20  Jelle Vanendert  Omega Pharma-Lotto  + 32 min 41s

 

Concernant les classements annexes :

 

- Le maillot vert de meilleur Sprinter revient à Mark Cavendish.

- Le maillot à pois de meilleur grimpeur revient à Samuel Sanchez.

- Le maillot blanc de meilleur jeune revient à Pierre Rolland.

- Le classement par équipes est remporté par Garmin-Cervélo.

- Le prix de la combativité est remis à Jérémy Roy.

 

Cette année le tour était particulièrement ouvert d’Evans aux frères Schleck en passant par Contador. Après deux premières semaines quelque peu monotone les étapes de plaines ne laissant aucune chance aux échappées et les leaders ne se montrant pas dans les Pyrénées ou alors dans les derniers kilomètres, on se dirigeait vers un Tour de France sans relief.

Cavendish ayant tout au long du tour dicté sa loi dans les sprints massifs il y aura bien eu une ou deux contrariétés pour le Cav’, avec les victoires de Greipel ou Farrar notamment, mais au final il reste le maître bien aidé par une équipe acquise à sa cause. Même dans la lutte pour le maillot vert, d’habitude délesté par Cavendish, Rojas n’a pas fait longtemps illusion seul une élimination pour une arrivée hors délai aurait pu empêcher Cavendish de revêtir le maillot vert.

Mais dans les Alpes les favoris s’en sont donnés à cœur joie c’est Andy Schleck qui a lancé les hostilités avec sa superbe victoire au Galibier en attaquant seul à 60 km de l’arrivée, alors que derrière seul Evans roulait tirant tous les favoris derrière lui, avec l’impression que seul Frank aurait pu suivre une accélération de l’Australien. Ce mano a mano entre les frères Luxembourgeois et Evans va tourner à l’avantage de l’Australien grâce à une montée magnifique ne va perdre qu’une minute sur Andy. Contador lui déjà distancé lors de chutes pendant la première semaine va perdre toutes ses chances de s’imposer en lâchant lors de cette étape à 2 kilomètres de l’arrivée.

Au final ce sera Evans le travailleur discret toujours placé jamais gagnant qui en faisant un CLM digne de son niveau va reprendre le maillot jaune à Andy. Comment Evans, l’ancien coureur de VTT, qui avait presque un palmarès vierges sur les courses prestigieuses en vient à gagner le Tour de Romandie, Tirreno-Adriatico, la flèche Wallone et le Tour de France en deux ans?

Deux théories s’opposent celles des spécialistes estimant que son succès aux championnats du monde en 2009 l’a décoincé, et Cadel lui-même réfutant cette hypothèse (il dit exactement qu’il refuse de croire que c’est sa victoire en championnat du monde) arguant plutôt le fait que c’est sa nouvelle équipe BMC qui lui a permis de s’épanouir en faisant de lui son leader. Ce qui auparavant n’était pas le cas puisque chez Télécom il était  en retrait derrière les deux stars Klöden et Ullrich, puis après chez Lotto ou l’équipe était plus tourné sur McEwen au sprint que sur Evans en montagne. BMC a construit son équipe autour de lui, grand bien lui en a pris.

Car le risque était présent de miser sur un coureur de 34 ans, alors que l’année dernière Contador 27 ans et A.Schleck 25 ans dominaient outrageusement les débats. Mais Evans est un bosseur et sachant que c’était presque sa dernière chance de gagner la plus grande course au monde il a véritablement axé sa préparation sur cette course et ça a payé. Il a pris ses responsabilités et n’a pas forcé sa nature ce n’est pas un attaquant il n’allait pas se lancer dans un raid de 50 kilomètres non il a préféré suivre au train et miser sur sa force le CLM.

Ce tour s’est joué sans Contador trop affaibli par ses blessures et surtout qui a subi la fatigue du Giro, conspué par le public pas dans le coup la première semaine, le lendemain de l’attaque d’Andy par orgueil il tente lui aussi une échapée mais il se fera lâcher dans les derniers kilomètres par Samuel Sanchez et Pierre Rolland qui signera au passage la seule victoire détape française, mais quelle victoire au sommet de l’Alpe d’Huez!

Mention spéciale à Voeckler qui a fait preuve comme d’habitude d’un panache et d’une combativité sans faille en suivant les meilleurs en haute montagne pour conserver son maillot jaune, malheureusement sa volonté d’aller chercher les leaders à chaque fois lui ont coûté son maillot, car il s’est mis dans le rouge en essayant de suivre Contador et Andy dans l’Alpe d’Huez.

Les 3 grosses déceptions du tour au niveau des favoris sont pour moi :

- Gesink : qui finit 33ème à plus d’une heure

- Kreuziger qui finit 112ème à plus de trois heures

- Radioshack qui avait une équipe de leader (Horner, Klöden, Brajkovic, Leipheimer) et qui au final a vu 4 de ses coureurs abandonnés dont trois cités juste avant

Le très gros point noir de ce tour de france reste cet incident :

chute-voiture

La voiture qui a renversé Juan Antonio Flécha et Johnny Hoogerland (ce dernier ayant eu trente trois points de sutures), déjà que ce genre d’incident ne devrait jamais arriver la voiture n’a même pas eu la décence de s’arrêter elle a continué son chemin. La direction du tour a clairement dit que sur cette portion de route les voitures avaient reçu l’ordre de ne pas passer.

Pour ceux qui veulent voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=zcdbQmVdXqY

Voila ce tour 2011 est fini on attend maintenant de voir la Vuelta pour finir ce grand chelem des grands tours et on attend impatiemment la fin de saison pour voir qui va finir au sommet du classement mondial.