Aujourd’hui mon article servira de tribune à mon indignation. Comme beaucoup d’autres avant moi, je bénéficie d’un compte à la poste. Alors hormis le fait que la Poste ne soit pas la meilleure banque au monde et qu’elle est même surnommée « la banque des pauvres »,  j’ai toujours gardé mon premier compte dans cette banque pour des raisons pratiques et familiales mais aussi parce que, et bien, j’y suis attachée à force. Mon premier compte vous comprenez ? Ma première carte de retrait puis de crédit, tout ça tout ça …

Bien sur je pestais durant des siècles quand, pour X raison, je devais déposer un chèque à la poste et qu’il mettait une semaine a atterrir sur mon compte ou alors quand je voyais le peu d’argent que rapportait mes petites économies mais à part cela je n’avais jamais eu de gros heurt avec cette banque …. jusqu’à aujourd’hui. A mon travail il y un jeune homme que l’on va appeler Y. Y, originaire du Cameroun, est désormais commis de cuisine dans notre restaurant, il vient à peine de fêter ses 17 ans, c’est son premier travail et après une formation serrée qui l’a obligé à faire 72 heures de travail par semaine, Y, tout comme le reste de notre équipe, reçoit sa paie.

 

Alors bien sur son refléxe est d’aller déposer son chèque à la banque qui se trouve être la poste ou ses parents lui ont ouvert un compte il y a quelques temps. Vous imaginez bien q’avec 72 h de travail par semaine la paye s’avère assez agréable à embaucher, et d’un montant confortable, surtout pour un petit gars qui prépare à peine son anniversaire pour ses 18 ans. Oui mais voilà pour la poste, la paye parait un peut trop grosse, aussi il refuse le chèque et demande une preuve de l’authenticité du payement.

 

Un peu étonné mais pas chiant pour autant, Y revient obligeamment à la poste cette fois avec son contrat de travail afin de faire preuve de bonne foi. Malgrés le papier dument signé par le patron et par l’employé la poste refuse, une fois encore, d’encaisser le chèque quand le mien est pris en compte aussitôt. « Y » demande alors un papier signé de notre patron qui le lui fait rapidement. Une fois encore le papier est mis en doute par la poste qui refuse de prendre le chèque considérant qu’il est faux et que tout ceci n’est qu’une arnaque.

 

Cette fois le ton monte dans notre équipe, d’autant que Y a proposé à son conseiller de rencontrer son patron, ou alors qu’il se déplace au restaurant AL taglio qui possède d’ailleurs pas mal de critique de sur internet. Rien n’y fait, la banque refuse de croire Y qui ne peut pas gagner honnêtement autant d’argent, ils lui répliquent qu’ils ont cherché sur internet et n’ont pas trouvé le restaurant (ce qui est faux tapé Al taglio et vous trouverez tout de suite ! ) quand son coéquipier (même âge, même paye mais français ) a vu son chèque accepté aussitôt.

 

Alors là les bras nous en  tombent. On décide tous de se rendre dans cette banque leur dire leur quatre vérité mais Y refuse de créer des problèmes (trop timide) et préfére laisser tomber. IL choisit une autre banque où ses chèques sont acceptés aussitôt.

 

Bon on a respecté son choix, et décidé de ne pas nous déplacer mais je tiens tout de même à signaler que ce genre de comportement S’APPELLE DE LA DISCRIMINATION ! Dans les même cas la banque à traiter différemment deux jeunes gars payés pareil et au même poste. J’ose le dire parce que mon ami est africain ! Parce que sa famille est africaine, parce que c’est un gars dont les papiers indiquent qu’il vient d’un quariter difficile.

 

MAIS IL BOSSE ! IL BOSSE 72 h PAR SEMAINE ! Comment vous voulez que les gens n’aient pas la rage face à cela après ? On pousse les jeunes à trouver un boulot, pour certain à « s’intégrer » alors que nous sommes NES EN FRANCE ! Et après on se heurte à un mur  de bétise. Malgrés le contrat, les papiers du patron, l’adresse du restaurant, le numéro de téléphone la poste à préféré croire qu’un jeune d’origine du Cameroun ne pouvait pas gagné honnêtement et bien sa vie. LA POSTE EST SUPPOSE ETRE LA BANQUE DES PAUVRES !

 

Je trouve ça dégueulasse et scandaleux !

 

A bon entendeur…