Du 17 au 19 juin dernier a eu lieu le rallye de Grèce, occasion pour laquelle Loeb n’a pas hésité a égratigné Citroën !

Petit récapitulatif des événements le 17 juin commence le rallye de Grèce, lors de la 1ère journée Peter Solberg réalise une excellente performance en faisant quatre temps scratches sur six ES (les 1, 2, 3 et 4). Il devance alors de 51ʺ6 d’avance sur Loeb alors deuxième, Hirvonen et Ogier suivant au classement.

Le lendemain matin, c’est Ogier qui cette fois fait le show, en gagnant les trois spéciales (7, 8 et 9). Solberg qui possédait 57ʺ20 d’avance la veille sur Ogier, voit son avance réduite à 5ʺ40 ! Loeb a aussi était offensif et pointe à la troisième place avec seulement 15ʺ de retard sur Solberg.

Le samedi après-midi se déroule donc les 4 spéciales suivantes, lors de L’ES 10 Latvata l’emporte devant Ogier qui prend la tête au classement général devant Solberg et Loeb. Ce dernier qui repasse deuxième suite à sa victoire dans l’ES 11, recommence à entrevoir ses chances de victoires car comme en Argentine il part doucement pour finir fort. Ogier reprend un peu d’avance en remportant l’ES 12. Il reste donc une dernière spéciale la 13. Elle est remportée par Latvata, devant Loeb et Ogier.

Mais au classement général Loeb est repassé devant Ogier pour 2 petites secondes, et c’est la que pour Loeb ça va trop loin. Il n’est pas repassé devant grâce à son pilotage mais à cause d’une tactique, Citroën a en fait délibérément demandé à Ogier de ralentir pour que ce soit Loeb qui ouvre la piste dimanche et donc qu’il augmente considérablement ses chances de gagner.

Le lendemain Latvata remporte la première spéciale de la journée, devant Ogier et Loeb qui malgré un beau parcours perd la tête au général pour 0ʺ1 ! A partir de la Ogier va pouvoir gérer et va donc remporter ce rallye de Grèce avec au final une dizaine de secondes d’avance sur Loeb.

Petit extrait de l’interview, après la journée de samedi, de Loeb : « C’est une belle stratégie d’équipe… ça me fait un peu rire. L’équipe a préféré aider Ogier à gagner ce rallye plutôt que m’aider à gagner au championnat. C’est une bonne information pour la suite. Désormais, on sait qui est le n°1 : c’est Ogier ! »

Le dimanche il laissa de côté son amertume : « C’était une grosse bagarre, on a tout donné et ça finit à dix secondes, on n’a rien pu faire de plus. Ce que je retiens surtout, c’est qu’on marque des points dans un rallye où il ne fallait pas en perdre. On reprend un peu de points à Hirvonen, on en perd un peu sur Ogier, pour l’instant ce n’est pas une mauvaise opération mais les circonstances de course n’ont pas forcément fait mes affaires. On a balayé (la piste) pendant deux jours, donc on a été pénalisés, et on finit deuxièmes, ça prouve qu’on a été les plus rapides sur ce rallye. C’est juste un peu frustrant de ne pas gagner en ayant été les plus rapides, mais c’est la réglementation »

Et quand un journaliste s’engouffre dans la brèche pour lui demander ce qu’il va se passer sur les prochains rallyes concernant les balayages (celui qui ouvre la piste) : « On va moins parler de balayage dans les prochains rallyes, sauf peut-être en Australie ou en Catalogne le premier jour. Ça devrait être un peu moins grave qu’en ce moment ».

Ce qu’il est alors intéressant de se poser comme question c’est dans quel intérêt Citroën a mis en place cette tactique. Pourquoi privilégier Ogier au détriment de son pilote fidèle depuis ses débuts à Citroën et surtout sextuple champion du monde. Peut-être que Citroën pense à l’avenir, Ogier est tout simplement au vu de son âge avec Latvata un futur champion du monde Loeb a 37 ans, Citroën pense certainement qu’il va aller sur le déclin et envisage alors de tout faire pour garder Ogier, qui a stipulé dans son contrat qu’il devait être traité sur un pied d’égalité avec Loeb pour rester chez eux.

Nous verrons donc dans les prochains rallyes qu’elle va être la stratégie de Citroën et de quoi sera fait l’avenir de Loeb et Ogier.