Ce matin s’est tenu une conférence de presse à l’espace Pierre Cardin, la HADOPI a diffusé les prochains spots TV, radio et presse pour sa prochaine campagne de communication.

Au programme, 3 spots TV :

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Deux spots radio :

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Et six campagnes d’affichage en presse :

Le message qu’ils essaient de passer est : « HADOPI est la pour sauver la culture ».
C’est un point de vue, personnellement je pense tout à fait le contraire, la HADOPI est la pour tuer la culture et les talents de demain.

Dans chaque spot le message est que si HADOPI n’est pas la, demain ces différentes personnes ne pourront pas faire ce film ou cette musique.

Mais si on analyse bien ces spots se contredisent :

Spot n°1:

« Franco-slovène, Éva Leprince commence a chanter et mixer dans des bars underground » Elle commence donc par proposer sa musique gratuitement, mais en plus en live. C’est donc de la promotion pour sa musique comme elle pourrait le faire via internet en proposant sa musique et faire une promotion à très grande échelle.

 

« Avec des références telles que Voltaire, Zola et DJ Fritas »

Voltaire et Zola sont morts depuis longtemps, elle a donc dû acheté leurs livres pour pouvoir s’en inspirer, mais si la petite Éva avait eu des parents en difficulté financière (enfin avec un nom comme le siens…), et que le système d’accès à la culture reste tel qu’il est aujourd’hui, comment aurait-elle fait pour s’en inspirer ? Elle aurait dû « pirater » au risque de se mettre dans le collimateur de la HADOPI ? Je ne vois pas d’autres solutions pour elle. Soit elle était issu d’une famille aisée et avait donc accès a la culture, soit comme 80% des Français en 2011, elle était une méchante pirate. Sans oublier que parmi les 80% de français pirates, ceux qui téléchargent le plus sont ceux qui font le plus de sacrifices et dépense le plus pour leurs artistes préférés…

 

« Ce petit prodige de la musique mélange avec brio la néo électro et les textes engagés »
A aucun moment on ne parle de création, seulement de mélange ! Elle a donc copié deux styles pour les mélanger et en créer un 3e. Le problème est qu’en 2011, c’est interdit !
Un exemple : The Grey Album, est un album de remix de Danger Mouse qui a reprit les morceaux du rappeur Jay-Z en les mettant sur des samples d’un album des Beatles. EMI a interdit la vente de cet album alors qu’on ne reconnaissait aucun des deux styles des artistes…

 

« Decouvrez I Prefer Your Clone, son 1er album international, révélation Française de l’année 2022 »

Découvrez : Encore faut-il avoir les moyens d’acheter un CD à 20€ qui sera démodé dans peu de temps, sans parler de la galère pour récupérer les mp3 depuis le CD et les mettre sur son baladeur…
I Prefer Your Clone : Je préfère votre clone, clone = copie, donc je préfére ta copie, super pour une pub pro HADOPI !
Révélation Française : Il ne faut pas oublier que pour devenir une révélation elle a d’abord proposé sa musique gratuitement dans des « bars underground ».
« Mais sans HADOPI Éva Leprince ne pourra peut-être pas sortir cet album en 2022 »
Moi je dirais qu’avec HADOPI Éva Leprince ne pourra peut être pas sortir cet album en 2022, car elle aura un accès à la culture restreinte et donc une inspiration limitée.
Une citation de sir Isaac Newton : « Si j’ai vu si loin, c’est que j’étais monté sur des épaules de géants. »

Je pense qu’on peut faire la même chose pour tous les spots publicitaires pros HADOPI…

 

On prône le partage aux enfants de maternelle pour ensuite leur interdire une fois plus grand ? Les droits de lire, partager ou de prester n’ont jamais autant été aussi régulés depuis l’émergence d’internet. Internet se voit plus entre vue comme un espace de non-droit, mais comme un espace de liberté d’expression, de promotion et d’accès à la culture.
Pour finir, je vous propose une très bonne intervention de Benoit Sillard (PDG de Comment ça marche) :

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

 

Djoul

 

Sources : Numerama, PCInpact, fcouchet