L’histoire nous la connaissons tous car des détails pullulent depuis presque deux jours.

En effet le 15 mai 2011 DSK de son nom Dominique Stauss-Kann est accusé d’avoir abusé d’une femme de chambre lors de son séjour à New-York. La femme a tout de suite porté plainte et DSK a été arrêté à bord de l’avion qui devait le ramener en France.

Les détails sont quelque peu obscures quant à ce qui s’est vraiment passé dans cette chambre mais plusieurs choses m’ont pourtant interpelées.

- Des caméras de l’hôtel qui montrent une victime « présumée » traumatisée à sa sortie de la chambre du président de la FMI.

- DSK qui part en hâte prendre son avion en laissant tous ses effets personnels à  l’hôtel. Pourquoi cette fuite soudaine?

- Une femme de chambre qui n’offre pas son visage à la caméra ce qui pourrait faire penser qu’elle ne cherche pas la célébrité … de l’argent peut-être? Avouons que cela aurait été plus facile à demander en privé.

- Et pour finir le détail le plus choquant à mon avis c’est que ce n’est pas las première fois qu’il est accusé d’un crime sexuel. Déja en 2007 , la journaliste-écrivaine Tristane Banon témoignait au cours d’un dîner de l’agression dont elle avait été victime en 2002 lors d’une entrevue. L’altercation avait d’ailleurs été assez violente pour qu’ils en viennent au mains et elle ne s’en réchappé qu’à « coups de pieds » selon ses dires.

Les faits sont accablants mais les théories et les opinions s’enchaînent. ET S’IL ÉTAIT INNOCENT?

Serait-ce une machination pour ternir irrémédiablement la réputation du candidat socialiste le mieux placé dans les sondages pour les présidentielles 2012? Mais de qui? Nicholas Sarkozy, Obama ou d’autres « ennemis » aurait payé cette femme pour porter plainte? C’est possible étant donné qu’il semble être de connaissance commune que du haut de ses 62 ans DSK reste un chaud lapin. C’était donc le piège idéal.

Mais à mon avis piège ou pas personne ne l’a forcé à mordre à l’hameçon.

Présomption d’innocence oblige nous devrons tous attendre le jugement final pour connaître le fin mot de cette histoire. Enfin SI pour une fois la vérité n’est pas à nouveau enterrée pour le soi-disant bien du plus grand nombre.