Demain nous serons mercredi, et c’est le jour officiel des sorties cinéma.

La grosse affiche de la semaine est sans aucun doute Fast and Furious 5, ce qui est dommage, car coincé par un tel blockbuster, on en oublie qu’il y a des films bien plus intéressants.

Parmi eux, l’aigle de la neuvième légion…

Avant d’entrer plus en détail dans ma critique de ce film, comme à mon habitude, je vous laisse lire le résumé officiel et admirer la bande-annonce:

Synopsis:

En 140 après J.-C., l’Empire romain s’étend jusqu’à l’actuelle Angleterre. Marcus Aquila, un jeune centurion, est bien décidé à restaurer l’honneur de son père, disparu mystérieusement vingt ans plus tôt avec la Neuvième Légion qu’il commandait dans le nord de l’île. On ne retrouva rien, ni des 5000 hommes, ni de leur emblème, un Aigle d’or.
Après ce drame, l’empereur Hadrien ordonna la construction d’un mur pour séparer le nord, aux mains de tribus insoumises, du reste du territoire. Pour les Romains, le mur d’Hadrien devint une frontière, l’extrême limite du monde connu.
Apprenant par une rumeur que l’Aigle d’or aurait été vu dans un temple tribal des terres du nord, Marcus décide de s’y rendre avec Esca, son esclave. Mais au-delà du mur d’Hadrien, dans les contrées inconnues et sauvages, difficile de savoir qui est à la merci de l’autre, et de révélations en découvertes, Marcus va devoir affronter les plus redoutables dangers pour avoir une chance de trouver la vérité…

Bande-annonce:

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Quelques détails à savoir:

Avant de me lancer dans la critique même du film, il y a quelques petits détails intéressants à connaitre.

Ce film est tiré d’un roman qui fut écrit en 1954 par Rosemary Sutcliff et qui eu un énorme succès.

Son histoire est elle même tirée d’un fait historique, la disparition de la fameuse neuvième légion.

Encore à l’heure actuelle, personne ne sait ce qu’il est advenu de cette légion, et ceci malgré de très longues années d’enquête par de nombreux archéologues, comme si ces 5’000 hommes s’étaient volatilisés.

Ça, ce sont les conclusions « historique » des faits, mais qu’en est-il dans le film?

Le Film:

Cela faisait bien longtemps qu’on n’avait pas eu droit à un bon vieux péplum digne de ce nom.

Le dernier, à mon humble avis, fut Gladoatior sorti en 1999, autant dire que ça date.

Entre-deux nous avons bien entendu, eu des longs métrages qui avaient le même genre de sujet et se déroulant plus ou moins à la même époque, le seul problème, c’est que les films du genre, Centurion, Alexandre, Le choc des Titans, 300, Troie, j’en passe et des meilleurs, ressemblent à des films de Kung-Fu survitaminés et dopés aux effets spéciaux.

Des Romains antiques ou des Grecs tout aussi antiques qui se battent comme des ninjas…je passe!

Heureusement, l’Aigle de la neuvième légion n’est pas tombé dans cette surenchère de spectacle et se concentre surtout sur l’histoire de ces deux héros.

Cela va même plus loin, le respect historique est vraiment poussé, aucun anachronisme, aucune grosse erreur, tout est soigné, ce qui nous aide à vraiment plonger dans le film.

Tout ce réalisme est étayé par une photo et une gestion de la lumière parfaite qui appuie une atmosphère lourde et pesante.

Un film que l’on va voir pour l’histoire, pour les décors, pour la qualité du scénario et du jeu d’acteur.

En conclusion:

Si vous êtes fan de 300, de Fast and Furious et qu’il vous faut de l’action en continu, passez votre chemin.

Si vous aimez les grands films avec des histoires solides, quelque chose de réaliste, si vous aimez les péplums, vous êtes au bon endroit.

Si je devais résumer en quelques mots ce que je pense de cette production, je dirais que c’est l’un des plus beaux films du genre que j’ai vu depuis très, très longtemps.

Je ne peux que vous le conseiller!

Demain, achetez votre billet de cinéma, prenez une boisson et du pop-corn, installez- vous confortablement dans votre fauteuil et laissez-vous aller pour un voyage prenant vers le passé!

Bonne séance ;)