Ce n’est certes un secret pour personne mais on n’aura de cesse de le rappeler : la France est gravement en retard en ce qui concerne l’égalité hommes / femmes sans distinction de couleur, d’origine sociale, de genres mais surtout … d’orientation sexuelle.

Comment comprendre encore de nos jours le refus du pouvoir en place de légaliser le mariage homosexuel si ce n’est pas un pure acte de discrimination ?

 

Aujourd’hui un sondage montre que plus de 60% de la population serait favorable au mariage gay, près de 10 pays de l’Union européenne ont d’ores et déjà reconnus ce droit, sans parler de pays de l’Amérique Latine ! Mais la France, sensé être le pays des droits de l’homme et de l’égalité entre tous, continus de traîner les pieds, refusant d’accepter une évolution aussi fondamentale que nécessaire.

 

Il y a quelques semaines, un couple de femme a porté plainte contre l’état qui leur refusait le droit au mariage et donc à sécurité pour leurs enfants nés de leurs unions. En effet le pacs ne permet pas, de faire reconnaître le statut de mère pour les deux femmes, seule la mère biologique étant reconnu par la loi. Pourtant ce couple, c’est ensemble qu’ils ont élevé ces enfants, les deux mamans se sont inquiétées en cas de maladie, ce sont occupés des devoirs, réveillées au milieu de la nuit pour donner le biberon ou changer les couches. En bref elles ont tenues le rôle de parent autant l’une que l’autre mais seule la « mère porteuse » est reconnue juridiquement tandis que l’autre n’existe pas. Inutile de préciser les conséquences dramatiques que peut avoir un accident ou une séparation au sein du foyer.

 

Grande première : la plainte déposée contre l’état est arrivée devant le conseil constitutionnel mais comme tous s’y attendait, à été renvoyé à un autre tribunal afin de se débarrasser du problème sans faire de scandale.

La déception n’était pas vraiment à la hauteur de l’espoir, car l’espoir a vraie dire il n’y en avait pas. Personne ne s’attendait à ce que cela aboutisse, comble de l’arrogance et de la bêtise, c’est à peine si l’affaire est apparue dans les journaux télévisés ou dans la presse. Et l’histoire fut close en moins de 24h.

 

Aujourd’hui je traite à nouveau du sujet (ce n’est pas la première fois que j’écris un article sur cette injustice ) pour attirer l’attention sur un nouveau ballet qui s’apprête à commercer. Tout au long de l’année les politiques se fichent éperdument des minorités sexuelles. Malgré les campagnes, les opérations coups de point, les coming out de célébrités … Rien ne bouge, rien ne change, sauf en veille d’élection. Nous sommes en 2011, l’année prochaine la France devra choisir son nouveau président. Les candidats auront besoin de votes et, pour ce faire, ils n’hésiteront pas à se travestir, (voir à se prostituer, n’ayons pas peur des mots) médiatiquement pour obtenir les voix dont ils ont cruellement besoin. Ils n’hésiteront pas à faire des appels de pieds à ceux qu’ils ignoraient jadis, à s’aplatir devants ceux qu’ils insultaient et à faire la danse du ventre vers ceux qu’ils dédaignaient.

 

Et ce bal de l’hypocrisie a déjà commencé par celle que je considère comme le parangon de la chose. En juin dernier Marine Le Pen s’était vigoureusement opposée à la possibilité d’un mariage homosexuel : elle proposait même de créer une sorte de communauté ou les gays et les lesbiennes pourraient être assemblés afin de préserver la transmission du patrimoine (no comment).

 

Aujourd’hui, changement de discours, la dame se fait championne de la liberté individuelle, répondant à un intervenant radio qu’il aurait le droit de se mettre en ménage avec une personne du même sexe et que les politiques n’avaient pas à s’en mêler. Et pour couronner le tout, son père se dit aujourd’hui en faveur du pacs, lui qui est plus connus pour ses discours clairement homophobes que pour son ouverture d’esprit.

 

Nul n’est dupe, tout le monde lève les yeux au ciel mais quelque part, il est triste et déprimant de voir que les avancées tant espérées pour les minorités ne soient évoquées que dans un esprit d’hypocrisie qui ne trompe personne et décourage beaucoup.

 

Sur ce …