Elle est jeune, belle, talentueuse, et si elle continue sur cette voie, elle risque de détrôner Lady GaGa. Cette artiste, c’est Natalia Kills, et elle débarque avec un nouvel album aux accents dark pop dance. Petit tour d’horizon de son parcours musical.

Les premières années

Natalia Kills, de son vrai nom Natalia Keery-Fisher, est née en 1986 au Royaume uni, d’un père jamaïcain et d’une mère latino. Elle est musicienne, actrice et rappeuse. Elle a passé son enfance à Barcelone, puis elle a rejoint ses parents en Floride, pour ensuite retourner en Angleterre. Une vraie globetrotteuse ! Sa carrière est d’ailleurs à l’image de sa vie.
Elle n’en est pas à son premier essai. Peut-être que sa tête vous dira quelque chose… Eh oui, avant d’être Natalia Kills, elle s’est appelée Natalia Cappuccini, puis Verbalicious, ensuite Verbz, et dernièrement Verse.
Elle a sorti son premier single, Don’t Play Nice, en mars 2005, sous le label All around the world. Elle avait sorti ce single sous le nom de Verbalicious, et il s’était classé n°11 en Angleterre. A l’époque, elle rappait et avait un look de garçon manqué, de rappeuse avec, quand même, quelques touches de couleurs. Elle a toutefois décidé de quitter ce label.
Ce n’est que début 2008 que l’on découvrira d’autres morceaux, dont les célèbres Shopaholic et Swaggeriffic. Ces titres figuraient sur sa page MySpace, et ont attiré plus d’un million de personnes, dont le célèbre bloggeur Perez Hilton. Sur ces morceaux, elle rappe toujours, mais a un look plus acidulé, orienté vers la mode des années 80.
Parallèlement à sa carrière musicale, Natalia est aussi actrice. Elle a joué le rôle de Sima dans la comédie de Jasper Carrott, All about me, et elle a également joué Amy, la fille du vicaire dans le programme de la BBC, The archers.

 

La consécration

La petite Natalia commence à faire son trou dans le monde de la musique. Mais elle se fera surtout connaître du grand public en 2008, avec le titre They Talk Sh#t About Me, un duo chanté avec M. Pokora, figurant sur l’album MP3 (M. Pokora qui, au passage, sort la réedition de son album Mise à Jour, Mise à Jour 2.0, cette semaine). Elle rappe toujours, mais son look est de plus en plus féminin.
Elle sortira par la suite d’autres morceaux, qui passeront inaperçus. Mais, se faisant repérer, elle finira par signer sous le label de Will.i.am. Sa carrière va alors prendre un tournant.

 

Nouveau style, nouveau look

Un changement radical va s’opérer. Verse devient Natalia Kills, et c’est tout un univers qui se crée autour de ce personnage. Fini le rap et le look acidulé. Tout ça laisse place à un univers sombre, mystérieux, à une dark pop dance, qui pourrait faire penser à s’y méprendre à du Lady GaGa. Mais on a bien à  faire à deux artistes distinctes. C’est cet univers là que l’on retrouve en partie à travers son album, intitulé Perfectionist. On y trouve quand même des titres plus légers, comme Free. La sortie de cet album est également accompagné d’un court-métrage, visible sur son site officiel, www.nataliakills.com.

L’écart entre ses débuts et maintenant peut étonner, mais c’est justement ça qui montre l’étendue de son talent. Elle est capable de chanter sur différents styles de musique, et cet album multi-style le montre bien. Une artiste à suivre donc, car je pense que l’on n’a pas fini de parler d’elle.

Pour finir, cadeau ! Voilà quatre de ses clips : Don’t Play Nice, They Talk Sh#t About Me, et Mirrors et Wonderland (son nouveau single) tirés de son nouvel album.

Don’t play nice

They talk sh#t about me

Mirrors

Wonderland

Vous pouvez également écouter l’album ici.

Sources photos : www.nataliakills.com, fr.babelsound.com, teemix.aufeminin.com, http://lyricsdoc.eu/lyrics/1156712