Le gouvernement envisage de punir les clients de prostitué(e)s par une amende pouvant aller jusqu’à la prison selon les cas, proposition de loi qui, si elle est acceptée, ne sera mise en vigueur qu’en 2012.

Faire un article sur une telle proposition de loi est tout sauf simple. La prostitution soulève un certain nombre de problèmes sur lesquels la société se déchire encore : le droit de jouir de son corps indépendamment de toutes restrictions, le rapport au sexe (pour certains, hommes comme femmes, l’acte de l’amour est tout sauf simple ou anodin et payer pour coucher peut s’avérer être la seule solution possible…), il y a aussi ce qu’on appelle « la prostitution libre et celle forcée » (distinction sur laquelle j’ai de gros doutes), il faut se poser des questions sur les limites de la sphère de prostitution (des personnes se font entretenir largement par une autre dans une relation comprenant sa part de sexe, peut-on parler de prostitution? ), l’idée de rouvrir les maisons closes, etc …

Bref une telle loi, portée à priori par Roselyne Bachelot, ne pouvait que provoquer des polémiques et soulever des débats. En lisant divers articles traitant du sujet, je suis tombée sur quantités de commentaires, au fond très parlant, des idées qui courent dans ce domaine.

De prime abord j’ai tout de suite été pour. Oui je considérais (et je considère toujours) que chacun fait ce qu’il veut, mais que l’on reste responsable de ses actes ! Payer pour avoir un rapport sexuel c’est dénier le désir de l’autre. C’est réduire son corps à une utilité de machine : je veux prendre mon pied maintenant et tu vas me servir à ça tout de suite.

 

 

Non, contrairement à certains, je ne pense pas qu’il existe de prostitution libre. Personnellement je n’ai JAMAIS rencontré de personne (femme comme homme, car la prostitution concerne les DEUX et que certains ont tendance à l’oublier) me disant rêver de devenir prostituée ou rêver de ce métier pour un de ses enfants. On tombe dans la prostitution par nécessité, pour survivre, mais ce n’est jamais consenti de bon cœur. De plus cetet espèce d’idée fausse selon laquelle pour certains c’est un moyen de prendre son pied est tout simplement là pour déculpabiliser le client ou pire le proxénète.

TOUT COMME CETTE IDEE ABSURDE QUE SI UNE FEMME SE FAIT VIOLER C’EST QUE QUELQUE PART ELLE L’A CHERCHE.

Voilà pourquoi je pense que le client a une part de responsabilité qu’on ne peut pas nier. Sachant la dimension dramatique qu’il a fallu pour se retrouver à exercer une telle activité, la personne qui paye pour obtenir du sexe participe à une forme de traite de l’être humain. Tout autant que celui qui payait pour obtenir un esclave. C’est strictement la même idée.

Certes tous les clients de prostituées ne sont pas des sadiques ou des vicieux, mais cela ne change en rien la portée de leurs gestes.

Bien sûr le fait de pénaliser le client devrait aller avec une reconnaissance de la prostituée comme une victime, ce qui sous-entends une politique visant à la protection, mais aussi à lui assurer un suivi médicale et personnel.

 

 

Après j’ai conscience qu’une telle loi peut avoir des effets pervers, comme celui de rendre plus clandestin encore la pratique de la prostitution et donc, travailler à un climat plus violent et risqué pour les prostitués. Néanmoins, je suis contre l’idée de ce relativisme ambiant que j’ai découvert dans pas mal de commentaires : sous prétexte que c’est le plus vieux métier du monde, qu’il y a toujours eu un commerce du sexe et dans toutes sociétés, il faudrait laisser faire… Tout du moins tenter juste d’attraper les gros poissons, ceux qui gèrent et organisent les réseaux (perçus comme les seuls responsables et les GRANDS méchants de l’histoire ) et pour le reste, laissez courir.

Comme je l’ai toujours dit, ce qu’on ne veut pas pour soi ou pour ses enfants on ne peut le tolérer pour les autres, ça s’appelle de l’hypocrisie ! Bien sûr qu’il faut lutter contre ceux qui sont à la tête des trafics, qui poussent ou obligent les filles/garçons à se prostituer par divers moyens de chantages, mais pas seulement …

Cette loi n’est pas parfaite, mais la rejeter en bloc c’est signifier que celui qui paye, le consommateur, n’a aucune responsabilité dans l’histoire. Et ça, je suis désolée, mais c’est juste impossible. S’il n’y avait personne pour payer, ce genre de trafic ne fonctionnerait pas …

Et pour conclure, un clip assez probant :

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.