Pour mon tout premier article sur L’Acte Tue en tant que nouvelle petite recrue, je me suis vraiment creusé la tête pour trouver quoi faire : quelle sujet aborder? Quel ton ? Quel thème ? Engagé ou pas ? Lyrique ou formel ? Humoristique ou grave ? En français ou yiddish ? Vertical ou … Bref je me suis vraiment remué les méninges quoi. Et rien ne venait, pas de sujets qui m’interpellent, rien qui ne paraisse déjà tout fait ou trop brûlent (oui je n’allais pas vous brosser le portrait d’Osni Moubarak pour mon premier jour quand même)

Alors pour passer le temps je suis allée fouiner dans ma réserve d’images, cherchant celle qui me tiendrait lieu d’avatar. Hum moi et les avatars on n’a jamais été copains, j’ai toujours eu du mal à me décider. Et puis finalement je suis tombée sur l’image d’une artiste que j’affectionne beaucoup et qui connaît déjà un certain succès.

Et bien sûr, cela a fait tilt. Miss tic ! Voilà de qui je vais parler ! Quoi de mieux pour commencer ? Une artiste rebelle, frondeuse, fonceuse, qui manie les mots et la bombe de peinture comme certains manient le sabre et qui a fait de la rue la toile de son talent.

Miss tic commence son art à partir de 1985 sous ce pseudo qu’elle emprunte au personnage de Miss Tick dans la BD de Picsou, une sorcière qui tente à tout prix de lui voler sa pièce fétiche.  Sans aucune formation artistique, avec des pochoirs et une simple bombe, elle s’attaque aux murs des quartiers de Paris, certains devenant ses quartiers de prédilection comme Montmartre ou la Butte aux cailles. Avec un trait d’humour tranchant elle détourne les phrases toute faites, les idées reçues et fait passer des messages simples mais efficaces qui ne peuvent qu’interpeller.

Mais surtout Miss tic brave l’interdit  en usant d’une technique qui est considérée par beaucoup comme de la dégradation de biens public et qui lui vaudra d’être condamnée par un tribunal. Cette mésaventure n’arrête pas son envie d’étaler sa poésie au grand jour et à travers ses autoportraits, accompagnés de jeux de mots piquants, elle attire le regard et donne une image de la femme bien loin de celle trop vite brossée et caricaturée par les magazines. L’image d’une femme bien pensante, poète et indépendante…

Je vous invite à découvrir ou re-découvrir ses œuvres en live si vous en avez la chance (comme ce fut le cas pour les parisiens qui ont eu le privilège de visiter son expo nommée « À  la vie à l’amor ») ou sinon dans de très beaux ouvrages qui compilent ses inventions. C’est une artiste qui vaut vraiment le détour ne serait-ce que pour sa manière si franche et rafraichissante de voir le monde.

Sur ce …

« Une nuit au pied du mur, j’ai refusé les yeux ouverts ce que d’autres acceptent les yeux fermés. » Miss tic