Quelques  passages de ce texte, peuvent peut-être heurter la sensibilité de certaines personnes

La semaine passée j’ai eu l’occasion de voir des photos de Londres en 1880,  les trouvant particulièrement belles, j’ai voulu en connaître d’avantage sur l’histoire de cette époque dans ces petites ruelles ma foi sombre la nuit, mais d’un style particulier niveau architecture.

Puis en défilant les années, je suis tombé en 1888 sur la terrible période de Jack l’Éventreur (Jack the ripper, traduction anglaise)c’est ce que j’ai décidé de vous raconter! Car souvent quand on en parle on se dit « ouais » c’était un assassin », mais on ne sait pas réellement ce qu’il a fait,à moins de s’être renseigné pour connaître ses actes.

Tout se déroule à Withechapel à Londres dans le quartier pauvre où 5 prostituées furent sauvagement assassinées, le mobile exact n’a jamais été trouvé ainsi que l’assassin lui- même.

-Tout commence le 31 août 1888 la première victime de « Jack l’Éventreur » fut Mary Ann Nichols (surnom: Poly) mère de cinq enfants et séparée de son mari depuis 1882 elle fut retrouvée morte, vers les 3h30 du matin à Buck’s Row, Gorge tranchée, abdomen lourdement entaillé, langue lacérée, et organes ravagés aussi.

Peu après, une autopsie avait été faite sur le corps et montrait que le criminel était gaucher. (mais cette hypothèse a été démentie plus tard).
À ce moment-là, tout le monde pensait que c’était un simple meurtre certes horrible, mais pas qu’il y en aurait une série.

-La seconde victime donc était Annie Chapman (surnom: Dark Annie) mariée à John Chapman et mère de deux filles, et un fils. Elle sera assassinée le 8 septembre 1888 dans une cour intérieure au 29, Hanbury Street.

Le mode opératoire de l’assassin était cependant un poil différent, mais du même style que la première victime c’est à dire (Gorge tranchée, tête presque décapitée, éventrée, mais trois organes ont été prélevés cette fois-ci, ainsi que les intestins reposés sur l’épaule droite.

Les objets trouvés à ses pieds n’étaient que quelques pièces de monnaie et une enveloppe datée du 28 août.

Mais pour ce second crime contrairement au premier, il  aurait pu y avoir, ou il y a eu? Certains témoins, un homme dans la maison d’en face affirme avoir entendu une femme crier « non! », mais affirma qu’il n’a pas eu le courage de regarder par la lucarne.

Ce n’est que le lendemain qu’une petite fillette appela la police pour déclarer avoir vu des flaques de sang quelques maisons plus loin de la scène du crime, la conclusion était que celles-ci étaient les traces laissées par les organes que le tueur avait prélevé sur le corps.

Et ce n’est que quelques jours plus tard que la police arrêta un boucher du quartier de John Pizer. La raison? Un morceau de tablier en cuir fut retrouvé sur la scène morbide, mais ceci a vite été abandonné, car il s’agissait en fait d’un locataire qui l’avait fait sécher à l’extérieur le jour même.

(Le boucher est néanmoins resté 2 jours en prison pendant que la police affirmait son erreur à Withechapel et précisait t que ce dernier n’était pas Jack l’Éventreur, pour calmer la foule qui voulait le lyncher).

*Certains témoins affirmaient avoir vu les victimes parler avec un homme disposant d’une petite mallette noire avec un chapeau haut de forme, puis le dernier détail qui pouvait réellement être intéressant étais qu’il boitait.

-À peine deux semaines plus tard, un nouvel incident se produisit à Londres, le meurtre d’Elizabeth Stride (surnom: Long Liz)mère de deux enfants, divorcée, elle fut retrouvée morte le 30 septembre 1888, mais cette fois-ci il y avait une énorme différence dans la façon de faire du « serial killer », son corps a été retrouvé dans un immeuble qui abritait des Juifs et des Allemands et ne présentait qu’une profonde entaille à la gorge, le couteau était large et mal aiguisé tandis que les fois précédentes la lame était fine et très bien aiguisée, les autres victimes étaient aussi d’abord étranglées puis entaillées tandis que là l’acte à la gorge avait été fait directement.

Sans doute parce que le tueur a été surpris pendant son action par Louis Diemschultz, ce  qui a dû lui faire mettre les voiles plus vite que prévu.
Mais même si plusieurs éléments pouvaient démontrer que ceci n’ avait pas été fait par Jack l’Éventreur ce crime lui a été attribué.

-Et c’est 45 minutes plus tard seulement que le même couteau que pour Elizabeth trancha Catherine Eddowes (surnom: Kate Conway) mère de deux fils et une fille. Retrouvée  aussi le 30 septembre 1888 elle a été découverte dans un parc public « Mitre Square », mais là l’atrocité avait déjà évolué par rapport aux autres personnes, cela a été un réel défouloir pour Jack* certainement dû à l’échec de Elizabeth Stride où il n’a pas pu finir correctement ce qu’il avait entrepris de faire, elle a été retrouvée dans une marre de sang, ventre ouvert, visage complètement défiguré ainsi que l’inscription d’un large « V » sur le visage, la tête était décapitée et le corps entier ouvert avec les intestins posés sur l’épaule droite comme pour les deux premières, le foie coupé, et l’utérus puis le rein prélevé.

« Ce jour là, après l’inspection des scènes la police examina tout au peigne fin les alentours et c’est à 3h du matin que le policier Alfred Long découvrit un morceau de tablier entaché par le sang et une inscription sur un mur à proximité du bout de tablier, « The Juwes are the men That Will not be Blamed for nothing » (traduction: Les juifs sont les hommes qui ne seront accusés pour rien). À cette époque les gens craignaient de montrer des attentions antisémites et donc auraient été effacées, de plus il y avait une erreur dans le mot juif en anglais qui aurait du être « Jews » et non « Juwes » et c’est Stephen Knight plus qu’intrigué que tout par ce tueur qui en déduisit que cette faute était liée à Jubelo, Jubela, Jubelum ( assassins de la légende d’Hiram) la déduction en vint que Jack devait sûrement être un franc-maçon ou du moins relié à eux. »

-C’est le 9 novembre 1888 que le dernier meurtre (sûr) de Jack l’Éventreur se dévoila. Cela se passe à 3h du matin au 13, Miler’s Court que Mary Jane Kelly (surnom: Ginger) a été retrouvée, une autopsie a été faite sur les restes du corps, mais les médecins affirment que son dernier meurtre dépassa toutes ses autres victimes en terme d’horreur.

Il est clair que je vais éviter de dévoiler trop de détail de peur d’avoir l’air « Glauque », mais si cela vous intéresse réellement vous trouverez facilement d’autres détails sur la mise en scène faite par le meurtrier. Donc le corps est mis à plat sur le lit, tête tournée sur la joue gauche. Le bras gauche est positionné le long du corps dont l’avant-bras lui est à l’angle droit pour reposer sur l’abdomen qui est ouvert de haut en bas. Le bras droit un peu détaché repose sur le lit tandis que l’avant-bras repose lui aussi sur l’abdomen, quant au visage il reste méconnaissable mutilé à un point incroyable ce qui choque. Néanmoins le plus, c’est que les yeux et leurs contours sont restés intactes, mais ouverts montrant un regard horrifié. Pour les intestins et autres organes, tout a été éparpillé dans la salle ou sur les tables dont certaines posées précisément. Un organe a été prélevé, c’est le coeur qui n’a d’ailleurs jamais été retrouvé.

« Ce crime a été noté comme étant un acte où il ne faut avoir plus aucune humanité par scotland yard« 

Après ces 5 crimes la police n’a jamais pu retrouver de preuves ou de suspects crédibles, que des petits détails qui n’ont mené nulle part, comme une inscription sur un mur faisant penser que Jack était franc-maçon ou même la police ayant reçu une lettre qui peut certifier que celle-ci était belle et bien de L’éventreur même la « saucy Jack » est apparue un jour après le double meurtre du 30 septembre 1888 et la lettre « From Hell » qui ne peut être que de lu,i étant donné qu’elle a été envoyée avec un rein humain.

Bien d’autres lettres ont été reçues, mais souvent c’était dû à des journalistes qui voulaient rendre certains articles plus « croustillants », mais  contrairement à certains grands assassins Jack n’a tué que 5 personnes, ce sont les médias qui débutaient à l’époque qui ont propulsé sa notoriété vers le haut et qui ont  d’ailleurs donné ce surnom « Jack the ripper« . Pendant des mois, ses crimes étaient inlassablement publiés dans les journaux.

Grâce à cela aujourd’hui nombreux sont les ouvrages ou films qui s’inspirent de Jack l’Éventreur.

Dans l’affaire il y avait sept suspects très probables, mais le seul suspect et peut- être tueur, aurait pu être un jeune coiffeur de 26 ans. Même n’ayant pas de réelles preuves que c’était lui,  ils l’ont  enfermé dans un asile psychiatrique, car dès que son enfermement a été annoncé au journal les meurtres ne sont plus jamais réapparus.

Malgré cette période de Londres, je vais néanmoins monter quelques images de Londres en 1800 que j’ai trouvé vraiment sympa!

src photos: BRITISH LIBRARY

Et bon début de week end à tous!