Hier, vers 12H45 (11H45 heure locale), un avion de la compagnie TAAG, survolait le sud de Lisbonne.

Jusque-là rien de spécial vous  allez dire, et ce n’est pas un miracle si un avion vol…

Oui, sauf que lorsque l’appareil survole la commune d’Almada, notre avion de ligne se met à perdre des pièces. Oui vous avez bien lu, il perd des pièces en plein vol !

Imaginer que vous marchiez dans la rue et qu’une simple vis vous tombe dessus, vous serez certainement mort…

Monsieur Vitor Espirito Santo, commandant des pompiers de cette ville. Déclare :

« On a trouvé des pièces métalliques d’environ cinq centimètres sur dix dans plusieurs endroits » d’Almada, séparée de Lisbonne par le fleuve Tage »

Il rajoute également :

« L’incident qui s’est produit vers 11H45 (heure locales)  n’a pas fait de blessés »

Les pièces n’ont fait que des dégâts matériels, tombant par exemple sur des voitures.

Plus drôles, certains habitants ont ramené des pièces à la police, je vois le scénario :

- Bonjour, j’ai trouvé une aile, dans mon jardin je vous la rapporte.

-  Merci Monsieur, si personne ne la réclame dans une année elle est à vous.

Comment peut-on laisser monter des passages dans ces mouroirs… ?

L’appareil a dû faire un atterrissage d’urgence, qui heureusement s’est fait sans accident, mais une enquête sera automatiquement ouverte par l’Institut national d’aviation civile (INAC).

Aujourd’hui, nous pouvons en rire, mais ils ont vraiment évité une catastrophe, si ce n’est pas un miracle, il faudra me dire ce que sait !

Il faut savoir que l’avion était un Boeing 777 de la compagnie TAAG qui fait la liaison Lisbonne-Luanda.

Cette compagnie angolaise fait partie d’une liste noire adoptée par l’Union Européenne en mars 2006.

En novembre 2010, il était question de faire voter une loi qui devait mieux protéger les passagers :

Si la proposition de loi est votée, elles devront désormais « informer explicitement » le passager des risques qu’il encourt, et proposer « des solutions de transport de remplacement ». Si ces conditions ne sont pas respectées, la proposition de loi PS prévoit 7.500 euros d’amende par ticket vendu et d’éventuelles poursuites.

Il y a donc plusieurs questions que je me pose :

Pourquoi aussi bien à l’atterrissage qu’au décollage personne n’a rien vu à l’aéroport de Lisbonne ?

Pourquoi une compagnie sous liste noire a-t-elle pu décoller du Portugal ?

Comment peut-on laisser monter des passages dans ces mouroirs… ?

Pour ceux que cela intéresse,  la liste noire des compagnies d’aviation pour l’Europe, comporte 278 transporteurs de passagers et de fret dans 17 pays, en voici un extrait :

Angola, Bénin, République démocratique du Congo, Djibouti, Guinée équatoriale, Gabon, Indonésie, Kazakhstan, Kirghizstan, Liberia, Philippines, République du Congo, Sierra Leone, Sao Tomé et Principe, Soudan, Swaziland et Zambie), plus cinq autres: Ariana (Afghanistan), Blue Wing Airlines (Suriname), Siem Reap Airways (Cambodge), Silverback Cargo Freighters et Meridian Airways (Ghana). Enfin, dix autres compagnies sont soumises à des restrictions: Air Astana (Kazakhstan), Air Koryo (Corée du Nord), Air Service Comores (Comores), Gabon Airlines, Afrijet et SN2AG (Gabon), Iran Air (Iran), TAAG Angola Airlines (Angola), Ukrainian Mediterranean Airlines (Ukraine) et Airlift International (Ghana).