J’adore ce terme, un vrai plaisir que de le lire ou de l’entendre.

De plus, il est très à la mode, en gros, tout le monde est « Community Manager »:

- Houai, tu vois, depuis l’avènement du Web 2.0, impossible pour une marque sérieuse de ce passer d’un community manager, on est là pour insuffler le buzz, pas en one shoot, attention, nous c’est du sérieux…

Ben tient!

Mais au fait, c’est quoi un Community Manager ?

C’est là que tout devient bien plus compliqué, trouvé ce que c’est!

C’est d’autant plus compliqué que même ceux qui font du « community management » ne sont pas d’accord entre eux pour une définition.

Pour rire, à l’instant où j’écris ces lignes, j’ai lancé sur Twitter la question:

Community management…quelqu’un à une vraie définition ?

D’ici que je finisse l’article, je vous donne la meilleure définition qui m’aura été offerte!

En attendant, on va essayer tout de même de décrire ce boulot « d’avenir » qui semble devenir incontournable.

Le blog de Madmagz en fait une description qui semble pas mal du tout:

Son travail est de favoriser le regroupement sur votre ou vos réseaux sociaux de tous ceux qui parlent, qui agissent avec votre marque, votre produit tout en leur faisant adhérer à votre vision marketing et à son évolution. Il doit alimenter sans cesse leur préférence pour nos produits, tout en limitant les retours négatifs de la communauté. Le temps passé dépend de la taille de votre communauté.

Et si je traduis, qu’est-ce que ça donne?

On parle d’un gars (ou d’une fille) payé pour passer un maximum de temps sur le net à dorer ou redorer le blason d’une marque et dire plus ou moins directement que cette fameuse marque est la meilleure du monde.

Vous savez, le genre de personne que l’on croise sur les blogs ou sur les forums qui défend une marque bec et ongle.

On a même l’exemple de certaines marques qui créaient des blogs à leur gloire.

Heureusement, tous ne sont pas aussi « lourd » et peuvent faire les choses de façon sympathique et même intéressante. En suivant certaines marques sur Twitter, il y a même moyen de recevoir quelques cadeaux (ce qui risque d’arriver prochainement avec Pourton.info ;) )

Il y a donc certains community manager qui font plutôt du bon travail.

Grande question, comment devient-on Community Manager ?

C’est la question du siècle…difficile d’y répondre, car au fond, on l’est tous un peu non?

Prenons mon exemple, je suis rédacteur à Pourton.info, j’anime le site, j’anime le Twitter du site et j’anime la page Facebook, bien entendu j’en parle sur d’autres supports, on organise des petits concours…etc. Suis-je Community Manger?

Non…ou oui…heu…je ne sais plus.

Et comment savoir? Car il n’y a pas une formation pour ce « métier« . Il n’y a d’ailleurs même pas de standards.

On peut en trouver de tout âge (même des mineurs de moins de 15ans) de tous horizons, de toutes rémunérations, entre celui qui est payé 100€ par mois pour balancer quelques « trucs » sur la toile et la boite de com qui se fait payer 30’000€ par mois pour « offrir une opération marketing de pointe qui saura toucher un public cible sensible aux technologies web 2.0« ,  il y a un monde.

Est-ce qu’on est community manager parce qu’on est fan de la marque X qui nous paye ou nous offre des bricoles pour faire un peu de promos sur notre blog, ou est-ce que l’on peut se targuer de ce titre uniquement si on passe 12h par jour dans les locaux de la marque à envahir tous les réseaux sociaux, blogs et autres forums pour faire de la com sur le net?

Vous l’aurez compris, community manager est surtout un mot four tout qui par son effet de mode est déjà ringard…et pourtant on en voit partout.

Pour finir cette petite « bafouille », je vous livre comme promis la meilleure définition que j’ai eu sur Twitter qui résume très bien les choses:

@aquab0n22: C’est quelqu’un qui aimerait être payé pour ce qu’il raconte tous les jours sur les réseaux sociaux d’Internet ^__^

Mince, j’avais donc raison, je suis Community Manager…je vais rajouter ça dans mon CV, ça va faire classe!