Ce matin, l’Equipe.fr nous apprend une bien triste nouvelle: les joueurs de l’équipe de France présents en Afrique du Sud seraient revenus sur leur décision de renoncer à l’intégralité de leur primes de sponsoring.

Selon les informations de L’Equipe, les joueurs de l’équipe de France ayant pris part à la mutinerie de Knysna n’ont pas renoncé à toucher leur part des recettes liées au sponsoring[...]Toujours selon le quotidien, les joueurs ayant été confrontés à cette décision ont refusé de signer les documents que leur ont présenté le directeur administratif et le coordinateur sportif des Bleus, Marino Faccioli et Henri Emile. Ce texte préparé par les services juridiques de la FFF formalisait le renoncement des joueurs.

Une rencontre est prévue entre le capitaine des bleus et les dirigeants de la fédération afin d’éclaircir le situation.

Quelle honte! Ces mécréants ont même refusé de signer « les documents » qu’on leur a présenté!

Il ya quand même quelques questions qui méritent d’être posées: Quels documents? Contenant quelles clauses? Quels engagements précis pour les joueurs?

Aucune réponse dans l’article.

Juste une dénonciation, gratuite, sommaire et peu étayée. L’Equipe fait sa « Une » internet avec une information vague, peu développée et finalement difficile à vérifier. Mais vendeuse! 

Dès aujourd’hui, je prends le pari que, dans quelques jours, le journal nous apprendra que les Bleus étaient d’accord pour signer, mais qu’il y avait un petit désaccord sur tel ou tel point du « document« .  Entre temps, le quotidien aura vendu du papier, deux fois, généré du trafic sur son site, deux fois, et finalement bien rempli ses caisses, deux fois, en donnant dans le « people » et le scandale facile. Du papier pour du papier.

Ce que l’on appel désormais « Le fiasco des bleus » a déjà fait beaucoup de mal au football français. Changement de selectionneur, renouvellement de l’effectif, états généraux du football qui ont débouché sur un vrai boulversement à la fédération…les acteurs institutionnels ont su tourner la page et faire preuve d’une énergie positive pour avancer et reconstruire. La presse devrait peut être regarder sa propre part de responsabilité (on se souviendra de la fameuse « Une » sur les propos d’Anelka) et tenter de s’amender. Le devoir d’information est indiscutable. La vigilance au sujet des bleus est nécessaire. Mais elle doit s’exercer autant « contre » l’équipe de France que « pour » elle. Soulever le scandale pour augmenter le tirage n’est pas digne du quotidien le plus lu de France (!!!).

Si je me trompe et que ces pauvres bougres de l’équipe de France veulent vraiment conserver leurs primes, alors je présente dès à présent mes plus plates excuses à l’ensemble de la rédaction de l’Equipe.

Mais j’en doute.

L’article en intégralité.