Chaque fois qu’on regarde un film fantastique, on peut être sûr qu’un des objets du film fini par nous faire rêver.

Qui ne c’est pas dit:

Ah si seulement ça existait vraiment!

Parfois on à la chance que la réalité rejoigne la fiction.

Puis d’autre fois, on se dit que c’est tout simplement impossible, et parmi les choses impossible la « cape d’invisibilité » avait une place de choix.

Quand je dis « avait« , j’utilise le passé, car, si elle n’existe pas encore, des scientifiques sont vraiment tout proche de pouvoir très prochainement nous offrir un tel objet.

Comment cela marche?

Sans entrer trop dans la technique, pour ne pas perdre nos lecteurs qui ne sont pas fan de physique, on va simplifier les choses ainsi.

Pour que l’on puisse voir un objet, il faut de la lumière, car en réalité, nous voyons simplement la lumière reflétée par l’objet.

Autrement dit, la lumière suit un chemin, trouve un obstacle (objet) rebondi dessus et vient se focaliser sur notre rétine pour former une image. (C’est bien entendu très schématique).

Le défi à relever, pour fabriquer une cape d’invisibilité, est de s’arranger pour que la lumière qui touche un objet ne rebondisse pas dessus, mais simplement contourne l’objet. Un peut comme l’eau d’une rivière qui se sépare en deux devant un rocher pour revenir se former derrière.

C’est de la même façon qu’il faut procéder pour rendre un objet invisible, car si la lumière contourne l’obstacle et se reforme tranquillement derrière, elle ne va pas rebondir et venir se focalisé sur votre oeil, ainsi vous n’aurez pas l’information et vous ne verrez pas l’objet.

La lumière visible par l’homme est comprise dans une longueur d’onde précise entre 380nm et 780 nnm, qui par de la limite des infrarouge jusqu’à la limite des utlra-violet.

Les chercheurs écossais de l‘Université de St. Andrews, dirigés par Andrea di Falco, ont réussit à créé un matériel qui permet de rendre invisible la lumière à 620nm, soit à la limite de l’orange et du rouge.

Ce qui veut dire qu’un objet peint dans cette couleur serait totalement invisible pour nous.

Il ne leur reste plus qu’à faire de même pour les 400 autres longueurs d’onde de la lumière visible pour que la fiction devienne enfin réalité…ce qu’ils ne vont certainement pas tarder à réaliser.