Aujourd’hui j’étais en manque d’inspiration pour mon article…Étonnant non?

Étonnant, car vu l’actualité je ne devrais pas réellement manquer d’inspiration.

Pourtant, j’avoue, c’est difficile de rester objectif sur l’information actuelle et de vous offrir un compte rendu sans partie pris…mais c’est mon job, alors je m’y soumet…ou je pars en free-style!

Prenons pour rire un coup les grèves en France.

Attention, je ne vais pas vous parler des motivations politiques, mais bien des motivations non politiques à faire grève.

Je regardais aux infos les étudiants et j’avoue que mon scepticisme quant à leur motivation était grand.

Peut-être suis-je mauvaise langue?

Sûrement, mais si lundi, premier jour de vacances, les grèves étudiantes diminuent de façon drastique, j’aurais eu raison de douter.

Parce que j’ai de la peine à croire que ce qui motive nos chers étudiants soit la solidarité et qu’ils s’intéressent si énergiquement à un problème qui va les concerner seulement dans une cinquantaine d’années.

Je ne dis pas que tous les étudiants sont juste là pour délirer et sécher les cours et ainsi éviter quelques intéros. Je pense qu’une poignée d’entre eux ont de réelles motivations, mais pour le reste, permettez – moi de douter.

L’envie de s’amuser avec « les potes » puis de passer l’arpès-midi ensemble plutôt qu’en cours doit être une perspective bien plus agréable que celle d’étudier.

En plus, avec un peu de chance, il y aura clémence lors du bac, un bac gratuit, ça ne se refuse pas.

En attendant lundi, nous pouvons dire que je suis méchant, car le doute profite à l’accusé.

Pourtant, les quelques conversations que j’ai eu avec des étudiants sur le sujet ces derniers jours étaient loin de contredire ma pensée La plupart ne connaissaient tout simplement pas le problème de fond de cette réforme des retraite.

Mais c’est tellement sympa d’envoyer sur twitter:

On se rejoint tous place XXX pour la grève, après c’est ciné, trop cool RT #grève #retraite

… Vive les twittes ! Car sur ce coup, Facebook c’est vu un peu déserté.

Sur Twitter l’info se propage plus vite et ça reste plus discret … Du moins plus qu’un groupe Facebook:

La grève pour bien glander

Tient en parlant de Facebook, qui parmis vous à vu le fameux film:

The social network

Pour ceux qui ne connaissent pas, voici le résumé et la bande annonce:

Synopsis : Une soirée bien arrosée d’octobre 2003, Mark Zuckerberg, un étudiant qui vient de se faire plaquer par sa petite amie, pirate le système informatique de l’Université de Harvard pour créer un site, une base de données de toutes les filles du campus. Il affiche côte à côte deux photos et demande à l’utilisateur de voter pour la plus canon. Il baptise le site Facemash. Le succès est instantané : l’information se diffuse à la vitesse de l’éclair et le site devient viral, détruisant tout le système de Harvard et générant une controverse sur le campus à cause de sa misogynie. Mark est accusé d’avoir violé intentionnellement la sécurité, les droits de reproduction et le respect de la vie privée. C’est pourtant à ce moment qu’est né ce qui deviendra Facebook. Peu après, Mark crée thefacebook.com, qui se répand comme une trainée de poudre d’un écran à l’autre d’abord à Harvard, puis s’ouvre aux principales universités des États-Unis, de l’Ivy League à Silicon Valley, avant de gagner le monde entier…
Cette invention révolutionnaire engendre des conflits passionnés. Quels ont été les faits exacts, qui peut réellement revendiquer la paternité du réseau social planétaire ? Ce qui s’est imposé comme l’une des idées phares du XXIe siècle va faire exploser l’amitié de ses pionniers et déclencher des affrontements aux enjeux colossaux…

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Il faut avouer, ce film est bien sympa.

La mise en scène est très bonne.

Partir du point de vue des procès pour raconter l’histoire fut une très bonne idée.

Les acteurs son convaincants, surtout notre ami Justin Timberlake en patron de Napster, j’ai trouvé le paradoxe très amusant. Il est en plus bon acteur (à mon goût) ce qui ne gâche rien.

Le seul reproche que j’ai à faire sur ce film qui se voulait objectif, c’est qu’on ressort avec l’impression que Marc Zuckerberg est le méchant de l’histoire…

Mais pour le reste c’est deux heures bien agréables où l’on apprend les grandes lignes de l’histoire de Facebook.

Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse vous faire une idée par vous-même.

Je dirais en conclusion:

Si vous êtes coincé chez vous à cause des grèves, si vous voulez vous distraire, je vous conseille de prendre vos baskets, de sortir faire un tour jusqu’au cinéma, de voir ce film, puis rentrer chez vous pour donner votre avis sur twitter en maudissant au passage ceux qui vous pourrissent la vie en vous obligeant à aller au cinéma.

Pensez quand même à me laisser un commentaire, c’est pas souvent que je pars en Free-Style…