Martin Vidberg


Avant-hier j’ai regardé l’intervention de Sarkozy à la télévision.

Je dois reconnaitre que je trouvais presque comique la façon qu’il avait de défendre son Ministre.

La chose la plus drôle reste le journaliste (bien grand mot) qui de façon très docile a « gobé  » tous les propos du président. On a tout de suite envie d’applaudir le journalisme indépendant.

Bon, ne soyons pas trop dures, c’est comme si vous deviez « contrarier » votre patron, je doute que beaucoup osent.

Alors, après de tells déclarations, on pourrait presque penser que cette affaire est enterrée, et ceci, grâce au fossoyeur d’affaire de plus haut grade qui existe, le président en personne.

Mais est-ce bien le cas ?

Que le rapport qui innocente Monsieur Woerth soit fait par l’inspection générale des finances ne doit surprendre personne.

Imaginez une affaire de policier de la brigade des stupéfiants qui  font du trafic de drogue où l’enquête serait donnée à la brigade des stups…

Ridicule ?!

Pourtant, c’est bien l’inspection générale des finances qui remet un rapport sur l’ex-ministre des Finances !

Merci pour cette belle leçon d’indépendance, Dieu merci, la démocratie est sauve.

Mais revenons à notre affaire Woerth-Bettencourt qui semblait enterrée hier … sauf que durant la nuit, quelqu’un a eu la bonne idée de sortir (encore) des nouveaux documents, celui-ci était un must en la matière et enfonce le clou de façon impressionnante.

Il faut reconnaitre que le feuilleton de l’été est bien plus passionnant que ne l’a été la coupe du monde !

Personnellement j’attends le prochain épisode avec impatience.

On connait tous la fin, la seule vraie question, c’est de savoir combien de temps cela va duré jusqu’à qu’ils réussissent par une pirouette « magique » à définitivement enterrer l’affaire.

Comme on le disait à l’époque:

Virtus post nummos