Le fabricant d’accessoires de sport en tout genre, Nike, fidèle à lui-même, n’a pas lésiné sur les moyens pour sa campagne de pub « Write the future » (Ecris le futur) en vue de la Coupe du monde de football 2010.

La marque a frappé un grand coup – ce qui n’est pas forcément le cas de ses stars – en faisant le buzz avec une publicité de trois minutes et dont je n’ose pas imaginer le prix. Surfant parfaitement sur les phénomènes de mode et la propagation rapide de chaque détail à l’ère du numérique, Nike ne se contente pas que de footballeurs mais touche aussi à Facebook, Homer Simpson, Kobe Bryant ou encore Roger Federer.

Mais si la marque au « vu » semble bien cerner les phénomènes de société, elle semble même ne pas pouvoir s’en détacher. Dans le spot, les footballeurs qui apparaissent sont uniquement des grandes stars, vous savez, ces gens que l’on n’a pas vu: Drogba, Rooney, Canavaro, Ribéry ou Ronaldinho…

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Si Didier Drogba est peut-être le plus méritant de part son but contre le Brésil (il profite d’une balle bien placée pour donner un coup de tête), les autres ont été invisibles (voire absent pour Ronaldinho). On notera même que le seul à avoir passé le premier tour est Wayne Rooney…

Il serait peut-être bien de commencer à se poser la question de la valeur dans ce genre de tournois de ses superstars qui coûtent des millions. Est-ce qu’il faut vraiment sélectionner quelqu’un par sa performance en club et sa popularité alors qu’il est incapable de jouer en équipe nationale? Le problème vient peut-être du fait qu’on ne fait pas une bonne équipe en prenant les meilleures individualités, parfois peut-être faudrait-il savoir sélectionner des joueurs qui ont l’habitude de jouer ensemble, qui se comprennent et se connaissent plutôt que des rivaux. A l’époque, l’URSS alignait quasiment un seul club lors des grands événements du football, maintenant on ne peut plus le concevoir pour la simple et bonne raison il n’y a plus assez de joueurs de la même nationalité dans une équipe.

Il est fort à parier que si Nike avait misé sur les anti-vuvuzelas, les cartons rouges, hors-jeu, goals annulés et penalties, ils auraient tapé beaucoup plus juste!

« Write the future », en tout cas, je ne m’adresserais pas à Nike pour leur don de voyance…