Voilà! C’est fait! C’est arrivé! Moi qui visais le perfect, j’ai échoué…: pas d’article hier, pour vous parler de Ghana/Etats-Unis et Uruguay/Corée du Sud… Ô rage! Ô désespoir! Ô flagellation avec des orties fraîches! Je bats ma coulpe et me traîne à tes pieds, ami lecteur, en implorant ton pardon!

La raison de cette catastrophe: la chaleur ET l’inégale répartition des nouvelles technologies de communication dans le Sud-Ouest de la France(… On dirait un sujet du Bac éco…). Poussé vers la plage par la chaleur qui régnait chez nous samedi, je me suis retrouvé, à l’improviste, devant un barbecue sur une terrasse amicale… Douce soirée et douce nuit dans la fraîcheur océane! Et ce n’est qu’au matin que l’horreur de la situation m’est apparue: « Dis-moi gros, c’est quoi la clé WEP ici?« … »… Y’a pas internet ici mon poulet… »

… Oui madame, oui monsieur… Ca existe encore!

Pour me faire pardonner, aujourd’hui je paye mon infographie pour le tableau final.

Samedi 16h00-Uruguay/Corée du Sud:2-1

Pas certain que ce match soit la victoire du foutebol et du jeu porté vers l’avant. Pas certain que ce match soit la victoire de la spontanéité et de l’audace. Mais ce match est certainement la victoire du réalisme, du sérieux, de la prudence… De l’ennuie. Il est la victoire d’une équipe qui, bien que très usée physiquement, a su se mettre à la hauteur de l’évènement et gérer efficacement ses temps forts et ses temps faibles. La celeste s’offre une gloire comme elle n’en avait plus connu depuis longtemps tandis que la Corée sort de la compétition avec le sentiment qu’elle méritait également sa place en quarts.

Pas vraiment le match le plus excitant du week-end… (J’aime de plus en plus manier l’euphémisme…)

Samedi 20h00-Etats-Unis/Ghana:1-2 (a.p)

Dans le secret de mon salon j’ai longtemps douté du Ghana. Rigoureux collectivement, athlétiques, les Black Stars manquaient selon moi d’individualités capables de faire la différence en un contre un ou de créer rapidement un décalage. Même ma sympathie pour Gyan ne m’empêchait pas de me rappeler que, pour marquer deux buts, il lui avait fallu deux pénaltys…

Samedi soir j’ai dû admettre que j’avais été sévère: deux but ghanéens, deux buts dans le jeu.

La première période aura été entièrement ghanéenne. En jouant « à domicile » les Black Stars ont été portés par un public chauffé à blanc (dsl… Il fallait que je le fasse!) et ont complètement dominé les Etats-Unis. Dès la 5ème minute Boateng ouvrait la marque après un raid de trente mètres dans la défense US, alors qui fallait attendre la demi-heure de jeu pour voir une (timide) première tentative américaine.

Durant le seconde période les Etats-Unis ont, non seulement égalisé sur un penalty justifié, mais aussi mis plusieurs fois en danger le gardien ghanéen. Mais Kingson, samedi soir comme depuis le début de la compétition, était dans une forme étincelante. Décisif à trois reprises, c’est lui qui a offert à son équipe la possibilité de disputer les prolongations.

Ces trente minutes supplémentaires se sont déroulées selon un scénario étrangement proche de celui des quatre vingt dix premières: domination ghanéenne en première période après une rapide ouverture du score puis pression américaine stérile… 2-1 score final.

Le Ghana accède donc aux quarts de finale et peut rêver de continuer son chemin puisqu’il affrontera l’Uruguay… Pas vraiment le plus effrayant de tous les adversaires possibles.

Les Etats-Unis ont été dominés durant ce match et ce n’est pas leur bonne fin de deuxième mi-temps qui peut leur permettre de se sentir lésés. Il rentrent au pays sûrement plus tôt que prévu mais battus par une équipe qui leur était supérieure.

Dimanche 16h00-Allemagne/Angleterre:4-21

Permettez-moi d’être un peu dégueulasse! Laissez moi juste un puant cri du cœur: pétard voilà une vraie affiche de Coupe du monde! … Oui, je sais, c’est nul mais j’aime bien les gros matches, les bonnes grosses affiches entre poids-lourds du ballon rond… Italie/Brésil, Angleterre/Argentine, France/Espagne… Même si j’ai parfois de la sympathie pour les petits poucets, il faut bien avouer que  c’est quand même autre chose que  Paraguay/Nouvelle-Zélande, ou Slovénie/Israël…

Le match de hier avait un parfum d’histoire: deux grandes nations de foutebol, deux effectifs de qualité qui vivent des moments particuliers (pas dans les mêmes registres… Mais particuliers pour les deux), deux équipes qui sont arrivées en Afrique du Sud avec de grosses ambitions… Il allait forcément se passer des choses dans ce match.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour comprendre ce qu’il allait se passer: 2-0 pour l’Allemagne à la 25ème minute de jeu… Une Mannschaft très en jambe, bien organisée, audacieuse, incisive face à des Anglais usés, lents, fatigués et incapables de vraiment tenir le rythme imposé par les hommes de Joachim Löw.

On reparlera longtemps (surtout dans les pubs anglais) du but refusé injustement à Franck Lampard juste avant la mi-temps… Alors qu’ils venaient de réduire la marque, les Anglais réussissaient à recoller au score deux minutes plus tard sur une superbe frappe de Lampard: le ballon heurtait la barre transversale, rebondissait soixante centimètres derrière la ligne et ressortait des buts… 50’000 spectateurs, 22 joueurs, 60mio de téléspectateurs auraient validé ce but… Mais pas le juge de touche. On ne refera pas l’histoire mais on peut imaginer que cette fulgurante remontée au score était susceptible de redonner des jambes aux hommes de Capello. Au lieu de ça les Anglais rentraient aux vestiaires avec un but de retard et un sentiment d’injustice plus que légitime.

Le seconde période sera l’histoire du naufrage annoncé des Three Lions et de la victoire éclatante de la Mannschaft. Les Allemands ont parfaitement géré leur fin de match: incisifs et puissants devant ils ont su rester solides derrière en n’offrant que peu d’occasions à des Anglais empruntés et fatigués… La sélection anglaise sort finalement de la compétition en donnant l’impression de n’y être jamais rentrée… L’erreur d’hier est cruelle mais elle ne peut cacher, ni la supériorité des Allemands, ni la méforme chronique de Wayne Rooney et de ses coéquipiers.

Pour l’Angleterre il y a des enseignements à tirer de cette défaite en termes de préparation…

Pour la FIFA… A-t-on besoin de le dire?

Dimanche 20h00-Argentine/Mexique:3-1

Deuxième match, deuxième erreur d’arbitrage… L’arbitre de touche ne signal pas le hors-jeu de Tevez… Mais à mon avis c’est parce qu’il considère que Carlito ne joue pas… De là où il est placé, le juge de touche est convaincu que le but est inscrit par Messi (qui le célèbre effectivement comme si il l’avait marqué) et que Tevez n’a pas réussi à dévier le ballon… Alors que…

Vous avez ma version et je suis a peu près convaincu qu’elle est la bonne… Mais qu’importe le pourquoi, voilà encore une belle réussite du système d’arbitrage voulu par la FIFA… Les Mexicains retiendront celle qui leur conviendra le mieux pour apaiser leur frustration.

Il faut bien admettre que, jusque-là, la Tri faisait plus que jeu égal avec les copains de Messi. Par deux fois les filets argentins avaient failli trembler et, par deux fois, on a vu que le point faible de l’albiceleste était peut-être son gardien de but. Mais les Mexicains ont été assommés par ce premier but, ils ont perdu pied pendant que l’Argentine, réaliste, aggravait le score sur une grossière faute technique de la défense centrale Tri.

Comme pour l’Angleterre, on pourra épiloguer longtemps sur ce qu’il se serait passé dans ce match sans ce premier but… Mais l’impression, au coup de sifflet final, était quand même que la meilleure équipe l’avait emporté. Plus de talents individuels, plus de puissance physique, plus d’expérience du côté de argentin… On ne marque jamais trois  buts par hasard… Pas plus qu’on ne les encaisse par hasard.

Après cette journée peut être que la FIFA sera amenée à réfléchir… mais non, jamais, ce serait se dédire… et ça on ne le fait pas.

Aujourd’hui:

16h00-Pays-Bas/Slovaquie

20h30-Brésil/Chili