Quatrième journée.

L’image du jour:…ou de la veille: les bleus qui visitent un township…vous pensez qu’il y en a pour combien de temps avant que les gamins n’en aient plus rien à faire des bleus?

13h30-Hollande/Danemark:2-0

Un match très attendu qui, disons le tout de suite, n’aura pas tenu toutes ses promesses.

Durant toute la première période les Hollandais ne parviendront pas à mettre leur jeu en place. Empêtrés dans une possession et une domination stériles…les Oranjes avaient quelque chose de bleu en ce début de rencontre. La faute sans doute à des Danois extrêmement bien regroupés, solides, toujours présents pour mettre le pied (ou autre chose) et empêcher les bataves de dérouler. Ce sont d’ailleurs les Danois qui vont s’offrir les plus belles occasions de la première période, profitant à fond de tous les ballons de contre.

0-0 à la pause et l’impression globale d’un match au rythme de la digestion…

La deuxième mi-temps va rapidement prendre une autre tournure. Dès la 46ème minute la défense centrale danoise inscrit un magnifique C.S.C… Menés au score, les Scandinaves sont contraints de prendre le jeu à leur compte et ne peuvent plus se contenter de laisser venir les Hollandais. Comme on pouvait s’y attendre, les coéquipiers de Sneijder vont alors retrouver des espaces et donc une certaine fluidité dans le jeu. Plusieurs jolis mouvements consécutifs sur l’aile droite déstabilisent la défense danoise jusqu’à ce qu’Elia, bien servi par Sneijder, ne trouve le poteau…et Dirk Kuyt pour conclure l’action…2-0

Passant tout prés de la correction quelques minutes plus tard, les Danois ne démontreront rien d’autre que leur incapacité à créer du jeu autrement qu’en contre. Défendre est une belle idée…insuffisante pour l’emporter.

Les Hollandais l’emportent sans avoir vraiment dominé leurs adversaires…mais n’est ce pas là la marque des grandes équipes?

L’homme du match: Auteur d’un entrée remarquée, Elia a beaucoup amené sur le côté gauche de l’attaque batave. Frais, il est celui qui à le plus souvent réussi à faire la différence.

16h00-Japon/Cameroun:1-0

Le Cameroun allait jouer sa Coupe du monde. L’Afrique était Camerounaise. Le Cameroun était le porte drapeau du foutebol africain…tout cela avant la triste prestation des lions indomptables, hier face au japon. Dans une première période ennuyeuse comme peu l’ont été, il aura fallut attendre la demi-heure de jeu pour voir la première frappe cadrée des Camerounais…Une défense approximative, un milieu absent ou emprunté, trois attaquants qui ne prennent jamais la profondeur…les motifs de satisfaction tardent à se dessiner.

Les japonnais eux, ne vont pas se faire prier. Combatifs et organisés ils s’illustrent individuellement par une très bonne conservation de balle et collectivement par une intelligence tactique séduisante. Résultat: à la 39ème, après s’être promené sur l’aile, Matsui peut centrer pour Honda qui, seul au second poteau, prend le temps de contrôler avant de tromper Souleymanou…quand on cherche…on trouve.

Une seconde mi-temps pour démontrer que l’envie ne suffit pas. Même déterminés, les Camerounais n’ont pas su inverser la tendance, ils sont restés coincés dans leurs travers, se débattant plus fort mais ne faisant rien de ce qui aurait pu améliorer la situation…inquiétant.

L’homme du match:Honda. Décisif et très à l’aise techniquement. Il a fait très mal à la défense camerounaise. Il est le symbole d’une formation japonaise qui a démontré qu’elle pouvait prétendre aux huitièmes de finale.

20h30-Italie/Paraguay:1-1

Le champion du monde en titre a su tirer profit de son expérience pour bien entrer dans la compétition. Face à un adversaire que l’on sait coriace, sur une pelouse rendue très glissante par la pluie, la Squadra Azzura a sereinement dominé l’entame de match. Seul un léger manque de percussion dans les  vingt derniers mètres a empêché les joueurs de Marcello Lippi de concrétiser une nette domination technique et collective. Les Paraguayens ont endossé le rôle du résistant…peut être même avec plaisir.

Comme bien souvent dans cette configuration c’est le Paraguay qui a finalement ouvert le score sur sa première occasion, à la 39ème minute…à l’italienne…

Bousculés en fin de première période, les Italiens vont revenir en seconde mi-temps avec une détermination qui portera ses fruits à la 62ème, lorsque De Rossi sera à la réception d’un corner tiré par Pepe. A parti de là…relachement psychologique ou usure physique..toujours est il qu’il est difficile de parler du jeu: deux blocs coupés en deux, une pelouse de plus en plus glissante, plus vraiment d’organisation tactique…une odeur de K.O dans l’air… mais, finalement, rien ne changera jusqu’à la fin du temps règlementaire.

Le Paraguay a réussit son pari et prend un point face favori de son groupe. L’Italie, commence, comme à son habitude, tout doucement.

L’homme du match:difficile de retirer un joueur qui aurait vraiment changé le cours de la partie. On retiendra plutôt deux hommes, un dans chaque camps, qui, par leur activité et leur détermination, ont apporté un vrai plus au spectacle proposé: Pepe côté italien et Vera pour le Paraguay.

Ajourd’hui:

13h30-Nouvelle Zélande/Slovaquie

16h00-Côte d’Ivoire/Portugal (si vous n’en regardez qu’un seul)

20h30-Brésil/Corée du Nord (si vous n’en regardez qu’un et que vous travaillez à 16h00^^)